Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

En Alsace, des seniors prêchent la bonne parole du tri sélectif

RelaxNews 26/07/2015 à 14:45

Le Syndicat mixte Thann-Cernay (SMTC) a fait le choix d'embaucher six "seniors" de 57 ans et plus pour arpenter ses 19 communes. (AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON)

(AFP) - Les seniors inspirent-ils davantage confiance que les jeunes quand ils toquent à la porte? C'est le pari d'un groupement de communes alsaciennes pour faire passer auprès de ses habitants la "bonne parole" du tri sélectif des déchets.

Vêtus de gilets fluo et arborant un badge distinctif, les "ambassadeurs du tri" de Thann-Cernay (Haut-Rhin) ont la même mission que leurs milliers d'homologues employés par les collectivités locales en France: expliquer le pourquoi et le comment du tri sélectif des déchets ménagers, afin de limiter les volumes qui seront incinérés. 

C'est leur âge qui les distingue. Plutôt que des jeunes en insertion, les habituels titulaires de la fonction, le Syndicat mixte Thann-Cernay (SMTC) a fait le choix d'embaucher six "seniors" de 57 ans et plus pour arpenter ses 19 communes.

"Un essai il y a trois ans avec des jeunes du service civique n'avait pas été concluant: les gens ne leur ouvraient presque jamais la porte. Nous avons pensé que des personnes plus expérimentées en apparence recevraient un meilleur accueil", explique Michel Knoerr, président du SMTC.

L'intuition se confirme, depuis le début de l'expérience fin mai dans ce territoire périurbain de 42.000 habitants. "Six fois sur dix, les habitants acceptent de les recevoir", rapporte Muriel Thuet, directrice du SMTC.

"Ma  facture explose, alors c'est pas la peine de me parler de déchets!", lance à Gilles Siffert, 59 ans, et Sylviane Grandin, 60 ans, une dame retranchée derrière sa porte, dans un immeuble d'un quartier populaire de Cernay.

Mais ce genre de réaction est plutôt l'exception: les deux "ambassadeurs" ne se souviennent d'avoir essuyé que "deux ou trois refus" en sonnant aux portes. 

De fait quand la porte s'ouvre, l'accueil est généralement cordial. "Je ne comprends pas le préjugé envers tous ces jeunes qui sont bien, mais peut-être que nous dégageons une impression de sérieux, c'est vrai, d'autant que nous venons toujours à deux", témoigne Gilles.

- Crottes de chat et verres cassés -

Au total six ambassadeurs, trois hommes et trois femmes, ont été embauchés sous le nouveau contrat aidé pour les seniors chômeurs. Ils touchent 660 euros net pour 80 heures de travail par mois.

Pour Sylviane, ce job est un moyen de sortir de la galère. Pendant les douze premières années de son arrivée en Alsace, la Normande d'origine n'a fait qu'enchaîner des mi-temps, principalement dans l'assistance à la gestion. "Depuis, cela faisait cinq ans que je n'avais pas retrouvé de travail, j'étais très découragée, il me manque des trimestres pour ma retraite". Quant à Gilles, ancien chasseur alpin, il est resté au chômage trois mois, après avoir démissionné de son dernier poste dans la sécurité.

L'un comme l'autre disent avoir d'autres motivations que la paie: "C'est le sentiment d'être utile et le plaisir du contact avec les gens", selon Gilles. "Quelque part, on participe à une action pour la planète. Je parle souvent aux gens de l'impact d'un bon tri sur le C02", renchérit Sylviane.

Avant leur embauche, les ambassadeurs se sont formés pendant près de six semaines à la relation avec le public, ainsi qu'aux rudiments de la gestion des déchets.

Et leur connaissance du sujet peut être soumise à rude épreuve. Si certains entretiens se bouclent en trois minutes jusqu'à la remise de la plaquette "mémo-tri", d'autres se prolongent pour devenir de plus en plus pointus: quelle poubelle pour les boîtes de conserves en lots? Et les cellophanes? Les verres cassés? Ou les crottes du chat? Autant de colles auxquelles le binôme répond avec maestria.

Le contrat aidé par l'Etat, durera six mois. Si l'expérience est concluante, il pourrait être prolongé pour une partie des ambassadeurs seniors, indique le SMTC.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.