1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Emploi : Un salarié peut revenir sur sa démission et obtenir une requalification en licenciement abusif
Boursorama avec Newsgene12/02/2019 à 10:42

(Flickr / Elliott Brown)

La Cour de cassation a récemment rappelé qu'une démission devait être un acte unilatéral, résultant d'une volonté libre, claire et non équivoque. Elle a ainsi donné raison à un salarié qui contestait sa démission, pourtant exprimée dans une lettre rédigée à son initiative et remise en main propre à son patron.

Démissionner n'est pas nécessairement une décision rédhibitoire. La justice admet fréquemment qu'un salarié revienne sur sa démission car les juges vérifient avec exigence son caractère réellement volontaire.

La Cour de cassation* vient ainsi de donner raison à un employé qui avait pourtant exprimé clairement sa décision dans une lettre rédigée à son initiative et remise en main propre à son patron. Car même dans ce cas, il peut y avoir eu pression, menace ou contrainte, alors qu'une démission doit être un acte unilatéral, résultant d'une volonté libre, claire et non équivoque, selon les juges.

L'employeur avait dicté la lettre au salarié

L'affaire concernait ici un vendeur pris par le directeur de son magasin en flagrant délit de vol de quelques marchandises. Alors que son patron parlait d'appeler la police et de déposer une plainte, le salarié avait préféré annoncer sa démission pour éviter la honte d'un départ entre deux gendarmes.

Acceptant le marché, l'employeur avait alors dicté à son salarié une lettre de démission claire, motivée par des « convenances personnelles ». Il avait exigé aussi un écrit reconnaissant sa tentative de vol. Le vendeur avait alors définitivement quitté l'entreprise.

Vers un licenciement abusif

La justice a admis que le salarié se rétracte quelques jours plus tard et invoque un licenciement sans respect de la procédure, c'est-à-dire abusif.

Une telle démission, même si elle était claire, ne prouve pas que son auteur ait réellement voulu mettre fin à son contrat de travail. N'étant pas absolument libre ou résultant d'une volonté sans équivoque, cette démission est susceptible d'être requalifiée en licenciement sans cause réelle et sérieuse.

*Cass. Soc, 23.1.2019, A 17-26.794

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • eddy86
    12 février11:26

    Comme quoi il ne faut pas avoir confiance dans la parole d'un vendeur. euh d'un voleur. (désolé du lapsus)

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer