Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Empêcher les propriétaires d'encaisser la caution locative : une bonne idée ?

Le Figaro 26/04/2017 à 11:41
Un rapport suggère que les garanties locatives soient regroupées dans un fonds géré par une institution publique. L'occasion de réduire les conflits propriétaires-locataires mais aussi un risque de créer une nouvelle usine à gaz.Objet de nombreux conflits locatifs, les dépôts de garantie versés par les locataires à leur propriétaire lors de la signature d'un contrat de location, pourraient à l'avenir abonder un fonds géré par une institution publique et servir à financer la transition énergétique, préconise un rapport. Remis vendredi à la ministre du Logement Emmanuelle Cosse, ce document émane du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), précise le ministère du Logement dans un communiqué publié mardi. Afin «d'assurer la sécurité des sommes versées et leur portabilité à chaque déménagement», un «fonds unique de centralisation des dépôts de garantie, géré par une institution publique» devrait être créé, dit le rapport. Ce fonds «minimiserait les risques de litiges entre propriétaires et locataires en faisant intervenir un tiers dans la gestion du dépôt de garantie», argumente le CGEDD. Et pour être justifiée, dit-il, sa création doit être mise au service de politiques publiques visant à solvabiliser les locataires ou améliorer la qualité des logements locatifs, notamment.Opposition des propriétaires et des professionnels Estimé à près de 4 milliards d'euros, ce fonds pourrait ainsi bénéficier au financement de la transition énergétique, à des actions en faveur de la décence des logements ou encore à la sécurisation locative. «Versé une seule fois, le dépôt suivrait le locataire tout au long de son parcours locatif, moyennant des ajustements en cas d'augmentation de loyer ou de remboursement d'une dégradation», estime de son côté la Caisse des dépôts et consignations (CDC), sollicitée pour son expertise. En outre, la CDC pourrait, par exemple, mettre en place un système d'avis d'huissiers en cas de litiges. Ce fonds pourrait aussi être mobilisé pour faciliter l'accès au logement de populations fragilisées, préconise encore le rapport. Comme le note le rapport, cette proposition est perçue favorablement par les associations de protection des consommateurs et des locataires, sans qu'elles en fassent une priorité, et est fraîchement accueillie par les propriétaires tout comme les professionnels de la gestion locative. C'est d'autant plus gênant que les obstacles au lancement de cette mesure ne manquent pas. «Tous les acteurs du secteur locatif conviennent que la mise en œuvre de la sanctuarisation du dépôt de garantie est complexe et que son impact sur la fluidité du marché est difficile à prévoir», précise le rapport. La non-restitution ou restitution partielle du dépôt de garantie est le premier sujet de discorde entre bailleurs et locataires, ex aequo avec les «troubles de jouissance» (insalubrité...), selon le 7e baromètre annuel publié en octobre par la Confédération générale du logement (CGL).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.