Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Électricité : plus de 6 millions de Français peinent à payer, selon une enquête

RelaxNews30/04/2013 à 12:04

chukov/shutterstock.com

(AFP) - Près de 11% des Français - soit plus de 3 millions de foyers et le double de personnes - reconnaissent avoir eu récemment des difficultés à payer leur facture d'électricité, selon un baromètre Powermetrix-AFP lancé mardi confirmant l'étendue de la "précarité énergétique".

Cette enquête a été menée cet hiver auprès d'un panel représentatif de 840 consommateurs par Wattgo, une société spécialisée dans la collecte et l'analyse de données sur la consommation électrique des Français, via des capteurs optiques placés sur leurs compteurs.

L'étude permet de dessiner un "portrait-type" du ménage en situation de précarité électrique: sans surprise, le taux est plus élevé (18%) chez les locataires que les propriétaires (6%), d'autant plus en logement social (24%) que dans le privé (15%), selon cette étude.

Logique également, le cas est plus fréquent pour les foyers dont le logement n'a pas fait l'objet de travaux d'isolation: 18% de ces ménages ont du mal à payer leurs factures, contre 8% de ceux qui habitent les logements "partiellement ou totalement isolés".

En revanche, de façon plus surprenante, les difficultés à honorer sa facture d'électricité concernent presque autant ceux qui se chauffent à l'électricité (13%) que ceux qui se chauffent "par un autre moyen" (11%), c?est-à-dire au gaz, fioul, bois... Or ceux-ci ont en toute logique une facture d'électricité bien moindre.

"Ce phénomène pourrait notamment s'expliquer par le fait que les foyers anciens et mal isolés, plus sujets à la précarité énergétique, sont traditionnellement moins chauffés à l'électrique", explique Mathilde Voegtlé, chargée d'études pour Wattgo.

La société souligne aussi "la spirale" de la précarité en matière de chauffage: les foyers "précaires" sont en effet beaucoup plus équipés (33%) de chauffages d'appoint très gloutons en énergie que les autres foyers (24%).

Les membres du panel devaient répondre à la question suivante: "Est-ce que vous avez déjà eu des difficultés pour régler des factures d'électricité pour votre logement actuel?"

Tarifs sociaux

L'Insee définit elle-même la précarité énergétique comme le fait de consacrer plus de 10% de ses revenus à sa facture d'énergie, ce qui concerne d'après ses données 3,8 millions de foyers.

La principale réponse à cette nouvelle forme de pauvreté --qui se traduit par des foyers qui renoncent à se chauffer convenablement ou qui sont victimes de coupures pour impayés-- a été le développement des tarifs réduits dits "sociaux" de l'électricité et du gaz pour les ménages modestes.

La loi Brottes sur l'énergie entrée en vigueur mi-avril doit permettre d'élargir à environ quatre millions de foyers le nombre de bénéficiaires de ces tarifs sociaux. Ceux-ci consistent en une petite réduction, de l'ordre de 100 euros par an sur une facture moyenne pour l'électricité et de 150 euros pour le gaz.

Le tarif (hors TVA) de l'électricité a augmenté d'environ 20% en cinq ans, beaucoup moins vite que le gaz (+80% depuis 2005). Mais il devrait augmenter de 30% de plus d'ici 2016, selon la Commission de régulation de l'Énergie (CRE).

Grâce à des capteurs optiques placés sur les compteurs électriques d'un millier de foyers de son panel ainsi qu'à des algorithmes mathématiques, le baromètre Powermetrix-AFP dispose de données sur la consommation électrique en temps réel des ménages.

Ces données feront l'objet d'analyses régulières à un rythme trimestriel sur des points clés de la consommation électrique en France (poids des appareils en veille dans la consommation, avantage ou non des heures pleines/heures creuses, etc.)

Les éléments du baromètre publiés mardi proviennent d'un questionnaire détaillé auquel ont répondu les membres du panel, tandis que les données issues des compteurs seront disponibles pour le deuxième trimestre.

map/fpo/fz

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.