Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Économiser jusqu'à 30% d'énergie sans travaux, c'est possible

Le Figaro18/01/2016 à 16:22

Pour Gilles Nozières, spécialiste de l’analyse des consommations d’énergétie, de grosses économies sont possibles en modifiant quelques réglages et abonnements, sans rien perdre en confort. Conseils.

Construire plus vert, disposer d’équipements super économes en énergie, l’idée séduit tout le monde mais elle est souvent coûteuse. Et si nous commencions d’abord par rationaliser les consommations (sans perte de confort)? C’est en se positionnant sur ce créneau que Gilles Nozières, polytechnicien a fait prospérer sa société Oze-Energies. En couplant relevés automatisés des consommations et algorythmes d’optimisation, il estime pouvoir réduire la facture énergétique de ses clients de 25 à 30%. Il combine donc l’installation de compteurs intelligents (eau, électricité, gaz, etc.) avec une analyse mathématiques de toutes les données recueillies.

Le service n’est proposé que pour des surfaces importantes (supérieures à 5000 m²), généralement des immeubles de bureaux mais également des copropriétés. Mais dans ce cas de figure, ce sont toujours des propriétaires uniques (bailleurs sociaux, institutionnels). Difficile en effet de convaincre des propriétaires individuels de régler un abonnement annuel de 2 euros par m² habité (en moyenne), souvent pour 3 ans. Cela n’empêche pas Gilles Nozières de partager avec Le Figaro Immobilier quelques retours d’expériences. Et l’homme sait de quoi il parle: il affiche un total de 2,7 millions d’euros d’économies d’énergie qu’il a fait réaliser sur 80 bâtiment au cours des 12 derniers mois.

Matériels et abonnements surdimensionnés

«Le premier point concerne le réglage de la chaudière, précise Gilles Nozières, trop souvent elle surchauffe surtout si des travaux ont permis d’améliorer l’isolation.» Le bon dimensionnement du matériel et des abonnements est ainsi une mines d’économie car bon nombre de professionnels poussent à la consommation en s’appuyant sur le pic des besoins plutôt que sur l’utilisation moyenne pour déterminer la puissance d’une chaudière ou l’abonnement électrique à souscrire.

Du côté des chaudières, toujours, le spécialiste note que bon nombre de modèle à condensation ne condensent pas. En effet l’eau qui revient des radiateurs est trop chaude pour permettre cette réaction si bien que le rendement est bien moins bon que prévu. Dans un immeuble d’habitation du 16e arrondissement de Paris, il est parvenu a dégager des économies de près de 40% dont 10 à 15% sur le réglages des température de la chaudière, 10 à 15% grâce à l’individualisation des consommations, 10 à 12% avec l’installation de robinets thermostatiques sur chaque radiateur et le complément grâce à un abonnement mieux dimensionné (et donc moins cher) au réseau de chaleur parisien CPCU.

Un bâtiment qui s’apprécie de 1 à 2%

«Si l’on ramène le chauffage du soir à 20° voire un peu moins sans toucher à la température en journée, on ne nuit pas au confort, rappelle Gilles Nozières. Mais 1°C de chauffage en moins, c’est en général 10 à 15% de consommation en moins.» Autre foyer d’économie: une programmation du chauffage réellement adaptée aux besoins spécifiques de chaque pièce. Un conseil qui passe, bien sûr, par la mise en place de robinets thermostatiques.

Enfin, la maintenance du matériel reste trop souvent mal-aimée. «Les clients veulent faire baisser ces coûts mais les systèmes utilisés sont de plus en plus complexes, si bien qu’ils fonctionnent mais rarement de manière optimales car ils ne sont pas bien réglés.» Au final, ces économies sont doublement bonnes pour le porte-monnaie: l’occupant réduit sa consommation et le propriétaire valorise son bien. «Un bâtiment bien maîtrisé sur le plan énergétique vaut plus cher, conclut le patron d’Oze Energies, et s’apprécie globalement de 1 à 2%.».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.