Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Du pouvoir d'achat au ciel gris, un climat défavorable à la consommation

Le Figaro 25/06/2013 à 20:49
Selon une étude Protourisme, la météo pourrie du printemps a entraîné un manque à gagner d'au moins 700 millions d'euros dans l'Hexagone.

Les commerçants se préparent à un «millésime 2013» des soldes d'été pour le moins maussade. Certes, les Français n'entendent pas renoncer à ce sacro-saint rendez-vous annuel. 71 % d'entre eux comptent ainsi faire les soldes, selon un sondage de l'institut Ipsos. Pour la plupart d'entre eux (80 %), il s'agit de «relâcher la pression et de se faire plaisir».

Mais ils seront plus nombreux cet été à résister à la tentation (29 % ne feront pas les soldes, contre 23 % en 2012). Et la retenue est bel et bien d'actualité cette année. Le budget moyen devrait ainsi passer de 223 euros l'an passé à 208 euros cette année, selon Ipsos. La faute au «sentiment de crise» qui pèse sur les ménages, 58 % des sondés estimant que le gros de la crise est encore à venir.

Si l'habillement est le premier secteur à en faire les frais, presque aucun n'est épargné. «Même les secteurs qui résistent bien traditionnellement, comme le bricolage, le jardinage ou l'alimentaire sont touchés, détaille Aude de Moussac, consultante grande consommation chez Kurt Salmon. Globalement, dans la morosité ambiante, les consommateurs ont tendance à faire des coupes budgétaires plus fortes que la baisse réelle de leur pouvoir d'achat.»

Et pour cause. À son tour, la France est entrée en récession. L'an passé, pour la deuxième fois depuis 1949, les dépenses des ménages ont reculé (-0,4 %). Plus inquiétant encore, le pouvoir d'achat mesuré «par unité de consommation» - qui tient compte de la croissance de la population et de la composition d'un ménage, donc de la mutualisation de certaines dépenses (habitation, électroménager...) - a reculé de 1,5 %, en raison notamment de la hausse des impôts.

À cela s'ajoutent le froid et la pluie qui n'incitent pas à flâner dans les rues et à faire du shopping. Selon une étude Protourisme, la météo pourrie du printemps a entraîné un manque à gagner d'au moins 700 millions d'euros dans l'Hexagone. Parmi les secteurs les plus touchés, on trouve le tourisme, l'agriculture, le BTP, le mobilier de jardin et les jouets en plein air.

«Double peine»

Même l'alimentaire, qui résistait tant bien que mal, subit cette «double peine» de la crise et de la météo: les volumes vendus en hypers et supermarchés ont reculé de 0,5 % au printemps, selon IRI. Cela faisait cinq ans que cela ne s'était pas produit à cette période de l'année. Parmi les produits les plus touchés, on trouve ceux qui sont les plus sensibles à la météo comme les glaces et les boissons sans alcool.

Il n'empêche, si la consommation est en berne, il reste quelques exceptions. La preuve que, même s'ils se serrent la ceinture, les Français n'ont pas renoncé à s'accorder quelques plaisirs et qu'une vraie concurrence existe entre les postes de dépenses. Quand les achats de vêtements (-2 % en 2012, selon l'Insee), d'équipement de la maison (-3,7 % pour les meubles) ou de livres presse (-3,6 %) s'effondrent, ceux de smartphones (+66,5 %) et de tablettes (+9,8 % pour les équipements informatiques) ne se sont jamais aussi bien portés.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.