Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dossiers médicaux: 100.000 volontaires

Le Figaro15/03/2012 à 20:43
Le chiffre est inférieur aux prévisions mais 3500 nouveaux DMP sont désormais ouverts chaque semaine.

En un peu plus d'un an, 100.000 personnes se sont portées volontaires pour ouvrir leur dossier médical personnel (DMP). L'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip-Santé) a annoncé ce résultat jeudi, lors de sa conférence annuelle. Ce dossier virtuel, pouvant regrouper sur un serveur informatique antécédents, ordonnances, diagnostics, comptes-rendus d'hospitalisation ou d'analyses, voire images de scanner ou d'IRM, est accessible et modifiable par les professionnels de santé avec l'accord de leur patient.

Alors que le député PS Gérard Bapt vient de demander un audit de la Cour des comptes, dénonçant un dispositif coûteux et trop centralisé, le pilote du DMP, Jean-Yves Robin, directeur de l'Asip-Santé, a martelé hier: «Oui, le DMP a tenu son planning. Oui, il existe sur le terrain. Oui, il a maîtrisé son coût.» Soit 94 millions d'euros pour cinq ans d'expérimentations, puis 60 millions pour commencer la généralisation. Mais, reconnaît Jean-Yves Robin, «il nous reste à développer les usages» - un dossier contient en moyenne 2 documents pour le moment.

Si le directeur de l'Asip-Santé a du mal à cacher une pointe d'agacement, c'est que le DMP est né avec une maladie qui le fragilise toujours: le scepticisme. La faute à ses «parents», Philippe Douste-Blazy et Xavier Bertrand qui, en 2004, avaient promis d'en équiper tous les Français mi-2007, au point de vouloir baisser les remboursements de ceux qui ne l'utiliseraient pas. Un flop.

Les médecins réclament une rémunération

Le projet est reparti de zéro fin 2009, sous l'impulsion de Roselyne Bachelot. Jean-Yves Robin espérait un décollage plus rapide - il avait avancé «l'ordre de grandeur de 2 millions de dossiers ouverts en 2011». Mais, justifie-t-il, les premiers logiciels permettant aux professionnels de santé de transférer en un clic les données de leur propre ordinateur vers le DMP d'un patient sont arrivés avec retard (seuls 1% des médecins en sont équipés). Les syndicats médicaux réclament aussi, plus ou moins directement, une rémunération pour le temps passé à mettre à jour les DMP - ils n'ont pourtant pas intégré ce critère dans la «rémunération à la performance» des généralistes qu'ils viennent de mettre en place avec l'Assurance-maladie. Enfin, dans les 72 hôpitaux et cliniques «convertis» sur 3000, l'ouverture d'un DMP est rarement proposée systématiquement à l'admission, contrairement à ce que l'Asip-Santé imaginait, mais dans quelques services seulement.

Malgré tout, Jean-Yves Robin se dit convaincu que la machine est, cette fois, lancée, avec un nombre de dossiers ouverts chaque semaine en hausse constante (3500 actuellement). Nouvel objectif: «300.000 dossiers fin 2012, et un million de DMP au cours de l'année prochaine».

Le candidat François Bayrou - rallié par Philippe Douste-Blazy… - veut accélérer: pour lui, le DMP, en évitant de refaire plusieurs fois les mêmes examens ou de prescrire des médicaments incompatibles, permettra d'économiser 4 milliards par an. Ce chiffre «n'est pas raisonnable, désapprouve le président de l'Asip-Santé, Michel Gagneux. C'est un projet à long terme, qui ne rapportera pas d'économies avant longtemps, même si je suis convaincu qu'il sera au final facteur d'efficience. Tout expert qui vous cite un chiffre quelconque vous ment».

LIRE AUSSI: 

» Le dossier médical personnel enfin lancé 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.