Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Divorces et assurance-vie davantage taxés

Le Figaro29/06/2011 à 20:14
Députés et sénateurs ont décidé de relever l'impôt à payer lors des partages de biens, qui interviennent au moment des divorces ou des successions. À partir du 1er janvier 2012, le droit de partage passera de 1,1 % à 2,5 %.

À partir du 1er janvier 2012, le droit de partage passera de 1,1 % à 2,5 %. Ainsi en ont décidé ce mercredi les députés et les sénateurs réunis en commission mixte paritaire (CMP) pour trouver un accord définitif sur la réforme de la fiscalité du patrimoine.

Cette mesure n'est pas anodine. Car les couples qui divorcent et partagent leurs biens doivent acquitter ce droit de partage, quel que soit leur régime matrimonial. Cet impôt est également dû par les héritiers, lors du partage de la succession, et lors de donation-partage (pour les donations antérieures réintégrées à cette occasion).

Grâce à cette hausse, l'État récupérera quelques 300 millions d'euros, essentiellement aux frais des 130.000 nouveaux divorcés annuels. Ainsi, un couple qui possède un patrimoine, après déduction des dettes, de 300.000 euros devra payer 7500 euros de droit de partage l'an prochain. Si il avait divorcé cette année, sa facture n'aurait été que de 3300 euros. Problème : la réforme de l'ISF était censée être financée par les plus fortunés...«Je ne trouve pas normal d'augmenter l'impôt lors d'un moment difficile de la vie» ajoute Benoit Renaud, président du conseil supérieur du notariat. Cette hausse du droit de partage risque en outre de pousser les héritiers à rester en indivision et de décourager les donations-partage. Au risque de créer des conflits dans le futur. Enfin, il n'est pas impossible que de nombreux divorcés choisissent de vendre leurs biens et de se répartir «en douce» les sommes, sans faire d'acte de partage, histoire d'éluder l'impôt.

Par ailleurs, la CMP a relevé de 20 % à 25 % les droits de succession de l'assurance-vie, pour les sommes transmises au delà de 902.838 euros par part, après l'abattement de 152.500 euros. Et elle a validé le mécanisme de lissage pour les donations. Le gouvernement a relevé de six à dix ans le délai entre deux donations, ou entre une donation et une succession, pouvant bénéficier d'allégements fiscaux. Pour atténuer ce choc du passage de six à dix ans, les députés, puis les sénateurs, ont mis au point un système de lissage. Celui du Sénat a été choisi en CMP. Concrètement, l'abattement sur la valeur de la donation sera de 10 % pour une donation datant de six ans, de 20 % pour une donation datant de sept ans, de 30 % pour une donation datant de huit ans et de 40 % pour une donation datant de neuf ans.

L'accord sur les mesures fiscales trouvé en CMP doit encore être validé par l'Assemblée puis le Sénat en séance le 5 juillet. Mais cette validation ne devrait pas poser de problème.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.