Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Distribution : Aldi et Lidl embrassent le "smart discount" pour contenter une clientèle plus exigeante

RelaxNews14/01/2015 à 10:08

AFP PHOTO MYCHELE DANIAU

(AFP) - Recettes de cuisines, conseils santé: avec un nouveau magazine lancé cette semaine l'allemand Aldi, pionnier du hard discount alimentaire, poursuit une mue qui le voit s'adapter aux exigences accrues des consommateurs, numéro d'équilibriste auquel se livre aussi son rival Lidl.

La nouvelle publication d'Aldi, tirée à 1,83 million pour la première édition, a valeur de symbole pour le fondateur du format discount. Créée en 1961, l'enseigne a longtemps privilégié le bouche-à-oreille et les prix cassés.

Mais maintenant "Aldi reconnaît la force du marketing. Il ne suffit plus de laisser les produits parler pour eux-mêmes", observe pour l'AFP Matthias Queck, analyste du cabinet spécialisé Planet Retail.

Les supermarchés classiques se sont déjà lancés sur le créneau du magazine. Et dans les rayons aussi, le fossé entre discounters et chaînes traditionnelles se réduit. Grandes marques, espaces fruits et légumes mieux achalandés, produits régionaux bien en évidence: chez Aldi comme chez son grand concurrent Lidl, l'offre est de moins en moins fruste.

"C'est une tendance qui est à l'oeuvre depuis trois ou quatre ans déjà en Allemagne", souligne Wolfgang Adlwarth, spécialiste de la distribution à l'institut GfK.

- "smart discount" -

Chez Lidl, la gamme "Italiamo" s'adresse aux gastronomes, le label "Un morceau du coin" à ceux qui veulent acheter local et la boulangerie propose du pain cuit sur place. Plus agressif sur les prix, Aldi a tout de même adopté une ligne "Gourmet" et propose du vrai Coca-Cola depuis 2012.

Les deux géants du discount ont pourtant bâti leurs empires en traquant les coûts inutiles.

Le groupe Schwarz, propriétaire de Lidl et d'autres enseignes classiques, est le champion européen de la distribution, devant le britannique Tesco et le français Carrefour, avec des ventes sur le Vieux continent attendues à presque 87 milliards d'euros par Planet Retail en 2014. Aldi devrait pointer à la cinquième place, avec des ventes estimées à environ 54 milliards.

Chez Aldi, on se défend de tout changement d'identité. "Nous offrons la qualité au meilleur prix. Nous suivons ce principe depuis 60 ans et nous ne comptons pas changer de devise", explique le groupe.

Les spécialistes du secteur évoquent pourtant une transition. "Une métamorphose", même selon M. Queck: "ces groupes passent du +hard discount+ au +smart discount+".

En Allemagne les discounters se taillent plus de 40% de parts de marché,, mais ont vu leur ventes diminuer de 1,4% sur les 11 premiers mois de 2014, rapporte GfK. La faute à la guerre des prix, mais aussi à des consommateurs moins fidèles et "de plus en plus inquiets" par exemple sur la provenance de leur viande.

"La fréquence d'achat a reculé d'environ 3% (en 2014)", remarque M. Adlwarth.

- marges compressées -

D'où les efforts des discounters pour retenir leurs clients en devenant un "lieu unique d'achat", tout en maintenant des prix bas.

Une position d'équilibriste, car "le succès du discount réside justement dans ce que l'on ne vend pas", rappelle M. Queck, en pointant les 1.000 à 1.600 références dans un Aldi ou Lidl allemand, là où un supermarché classique en stocke 8.000 et un hypermarché entre 50.000 et 100.000.

Mais le "smart discount" paie déjà à l'étranger, où Aldi et Lidl proposent plus de marques nationales et ont fait des efforts sur leur image.

Au Royaume-Uni, les deux rivaux ont ainsi doublé leurs parts de marché en quatre ans, à 8,4% en 2014, selon le cabinet Kantar Worldpanel. En France, Lidl progresse à nouveau après trois ans de stagnation et une refonte complète de ses magasins.

L'embourgeoisement des discounters n'est pas sans conséquence sur leurs marges, déjà très compressées. Mais tous les acteurs de la distribution fournissent des efforts pour mieux informer leurs clients et leur offrir des produits frais, rappelle M. Queck.

"Tant que l'écart de prix avec les autres demeure, Aldi et Lidl peuvent continuer", conclut-il.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.