1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dirigeant de PME et départ à la retraite : comment bénéficier de l'abattement de 500 000 euros ?
Le Parisien23/04/2019 à 14:38

Dirigeant de PME et départ à la retraite : comment bénéficier de l'abattement de 500 000 euros ?

Le dirigeants de PME qui cèdent leurs titres à la retraite peuvent encore bénéficier d'un abattement fiscal jusqu'en 2022. Les conditions ont toutefois été modifiées. Grégory Prouvost, expert-comptable à Paris et président du cabinet Fico nous explique ces changements.Quel est l'intérêt de cet abattement pour les dirigeants de PME qui prennent leur retraite ?GRÉGORY PROUVOST. Les plus-values réalisées sur les cessions de titres de société (parts sociales ou actions) sont soumises aux prélèvements sociaux et à l'impôt sur le revenu. Or, un dirigeant de PME qui cède ses titres à l'occasion de son départ à la retraite peut bénéficier d'un abattement spécifique pour réduire cette imposition.Cette disposition a été reconduite jusqu'au 31 décembre 2022 par la loi de finances 2018. Aux mêmes conditions qu'auparavant ?Pas exactement. Jusqu'à fin 2017, les dirigeants de PME pouvaient bénéficier à la fois d'un abattement fixe de 500 000 euros et d'un abattement renforcé pouvant aller jusqu'à 85 % de la plus-value excédant 500 000 euros. Prenons l'exemple d'une société avec 800 000 euros de plus-value : son dirigeant, s'il détenait 100 % des parts, pouvait bénéficier du premier abattement fixe puis de l'abattement renforcé sur les 300 000 euros restants. Désormais, les deux dispositifs ne sont plus cumulables. Il faut donc choisir l'un ou l'autre.Sur quels critères effectuer le choix le plus pertinent ?Deux facteurs principaux sont à prendre en compte pour faire son choix : la plus-value de l'entreprise -- soit l'augmentation de sa valeur -- et la durée de détention des titres cédés. Si la plus-value est inférieure à 500 000 euros, c'est l'abattement fixe qui s'impose. Mais dans le cas d'une entreprise de plus grosse valeur, c'est l'abattement renforcé qui peut être privilégié, en prenant compte cette fois du facteur ancienneté : 0 % de taux d'abattement en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer