Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Diagnostics immobiliers: ce que les nouvelles obligations vont changer

Le Figaro03/01/2018 à 11:00

la liste des diagnostics à la charge des propriétaires qui veulent mettre en location leur bien s'allonge depuis le 1er janvier ( Crédits: Pexels )

Comme c'est déjà le cas pour une vente, les propriétaires doivent désormais remettre à leurs locataires, dès la signature du bail, un diagnostic sur l'état des installations électriques et/ou au gaz. Cette obligation entre en vigueur ce lundi.

À chaque nouvelle année, son lot de changements. 2018 n'échappe pas à la règle et l'immobilier non plus. Parmi les nombreuses modifications que nous vous avons listées ici, en voici une qui vous intéressera si vous louez ou mettez en location un logement. Comme dans le cadre d'une vente, tous les propriétaires qui souhaitent louer un logement nu ou meublé, doivent désormais remettre à leurs locataires, au moment de la signature du bail, un diagnostic sur l'état des installations intérieures de gaz et un autre sur les installations électriques. Cette obligation entre en vigueur à partir de ce lundi 1er janvier. Ces documents sont valables pendant six ans, soit une durée deux fois plus longue que celle prévue en cas d'une vente. Il n'est donc pas nécessaire de les fournir à nouveau lors d'une simple tacite reconduction.

» LIRE AUSSI - Pour les bailleurs, la liste des diagnostics obligatoires s'allonge

Issue de la loi Alur, cette mesure s'appliquait jusque-là à tous les baux signés depuis le 1er juillet 2017 pour les logements situés dans les immeubles collectifs dont le permis de construire a été délivré avant le 1er janvier 1975. Désormais, c'est le cas pour tous les logements quel que soit leur âge.

Détecter les anomalies et défauts

Les deux nouveaux diagnostics concernent les habitations dotées d'une installation de gaz ou électrique datant de plus de 15 ans. Ces documents sont à intégrer au dossier technique du logement et complètent ainsi la liste des autres diagnostics immobiliers obligatoires (termites, amiantes, plomb, loi Carrez, performance énergétique, risques naturels...). Réalisés par un diagnostiqueur accrédité, les contrôles portent sur les parties privatives des locaux à usage d'habitation qui constituent la résidence principale du locataire. La liste de ces professionnels est consultable sur le site diagnostiqueurs.application.developpement-durable.gouv.fr.

Identiques à ceux prévus en cas de vente, les diagnostics gaz et électricité effectués dans le cadre d'une location consistent à détecter les anomalies et défauts susceptibles de présenter un danger pour les occupants du logement. Le professionnel vérifiera ainsi l'état des appareils fixes de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire alimentés par le gaz, des tuyauteries fixes d'alimentation en gaz et l'aménagement des locaux où fonctionnent les appareils à gaz. Pour ce qui est du diagnostic électrique, il identifie les matériels vétustes ou inadaptés à l'usage ainsi que les conducteurs non protégés mécaniquement.

» LIRE AUSSI - De nouveaux diagnostics gaz et électricité pour la sécurité des locataires

Si ces deux diagnostics manquent à l'appel, le locataire pourra, suivant le préjudice subi, obtenir des dommages et intérêts ou la résiliation du bail. Idem s'ils présentent des erreurs. Le propriétaire pourra alors se retourner contre le professionnel qui a effectué le diagnostic.

Pour en savoir plus, voici une brochure à consulter:

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.