Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des soldes d'été encore incertains, entre plaisir, morosité et ventes privées

RelaxNews24/06/2014 à 10:37

Les soldes d'été démarrent mercredi 25 juin, à 8h FEDOR_DZN / Shutterstock.com

(AFP) - Les soldes d'été s'ouvrent mercredi pour cinq semaines, mais le phénomène des ventes privées tend à émousser l'intérêt des consommateurs pour ce rendez-vous autrefois incontournable.

Contrairement à ces dernières années, "la météo a été un peu plus favorable au textile cette année", permettant de mieux écouler les pièces de saison, relève Aude de Moussac, experte consommation chez Kurt Salmon.

Selon l'Institut français de la mode, le bilan à fin mai pour le textile-habillement bénéficie même "d'une légère hausse", après six années de recul.

Un constat vite tempéré par les professionnels. "C'est vrai qu'on est en hausse, mais il faut rappeler qu'on partait de loin, avec une année 2013 catastrophique. On n'a même pas rattrapé le niveau d'il y a deux ans", note Jean-Marc Génis de la Fédération des enseignes de l'habillement.

"Ce n'est pas la catastrophe, mais on est quand même loin de l'euphorie", renchérit Mme de Moussac, soulignant l'importance des soldes pour les commerçants dans un contexte général qui demeure "morose".

Malgré tout, Jean-Michel Silberstein, président du CNCC (conseil national des centres commerciaux) se montre "plutôt optimiste" sur l'issue des soldes cette année.

"Les Français ont appuyé fort sur le frein ces dernières années, peut-être un peu trop fort, il est donc possible qu'ils profitent des soldes pour se relâcher un peu. C'est moins culpabilisant de dépenser quand on a le sentiment de faire des bonnes affaires", prédit-il.

Selon un sondage Ipsos, 76% des Français ont l'intention de faire les soldes d'été, soit 5% de plus que l'an dernier.

M. Génis reste pourtant prudent. "C'est difficile de savoir ce que ça va donner. Les Français sont abreuvés d'informations contradictoires sur la situation économique et tiraillés entre des envies tout aussi contradictoires", analyse-t-il.

"Les comportements ont changé. Terminé la période où on attendait les soldes pour dépenser sans compter. Aujourd'hui, les clients peuvent saisir une bonne occasion quand elle se présente pour se faire plaisir, mais ça ne veut pas pour autant dire qu'ils vont faire une razzia dans les boutiques et permettre aux commerçants de réaliser une bonne saison", explique M. Génis.

Résultat: à quelques jours du début des soldes, les consommateurs hésitent entre cigales et fourmis côté budget, tiraillés entre l'envie de se faire plaisir et la nécessite de contrôler leurs dépenses.

- Un but des Bleus, une réduction en plus -

Selon les enquêtes, 30% gardent en tête leurs difficultés financières et comptent dépenser moins, mais une autre fraction très importante (86%) veut se faire plaisir, en privilégiant les achats coup de coeur.

La plus grande incertitude réside dans le pourcentage de Français qui aura déjà fait ses soldes avant les soldes, grâce notamment aux ventes privées des enseignes pour leurs clients fidèles.

Chez Monoprix, qui propose des réductions de 30% depuis une dizaine de jours, "il y a déjà foule" depuis une semaine, constate ainsi Aude de Moussac.

Un sondage OpinionWay montre que 49% des Français ont déjà fait une partie de leurs soldes via des ventes privées.

"Courir les boutiques pendant les soldes n'est plus le rituel incontournable pour faire des bonnes affaires" pour certains consommateurs, note Valérie Dewerte du site Radins.com.

"La promo permanente est désormais quelque chose avec lequel on doit vivre", estime M. Silberstein, pour qui les enseignes doivent s'adapter.

"On va revoir les -60 à -70% dès les premiers jours, ça fait désormais partie du jeu", déclare-t-il. D'autant que les Français sont désormais plus de 55% à réclamer des réductions dépassant les 50%.

Par ailleurs, pour réenchanter les soldes, beaucoup de commerçants multiplient les opérations spéciales.

Les centres commerciaux Unibail joueront la carte de l'inattendu, avec des surprises permettant de gagner des bons cadeaux en répondant à un sondage.

Le site Brandalley accordera 10% de réductions supplémentaires à chaque but de l'équipe de France pour son match contre l'Equateur qui se tiendra mercredi.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.