Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des maisons flottantes pour lutter contre les inondations ?

Le Figaro19/01/2015 à 16:38

Deux ministères ont lancé un appel à projets qui consiste à valoriser desconstructions innovantes qui pourraient contrer les inondations. En France, un habitant sur quatre est potentiellement exposé. Le risque continue de s'accroître.

Plus de 200 victimes et plus de 20 milliards d'euros de dégâts générés par les inondations, entre 1982 et 2010. Le constat est édifiant, et les prévisions inquiétantes: le risque d'inondation est en constante augmentation. Voilà des raisons suffisantes pour que le gouverment s'intéresse très sérieusement à ce problème. Ségolène Royal, ministre de l'Écologie et Sylvia Pinel, ministre du Logement, ont lancé vendredi dernier le Grand prix d'aménagement: «comment mieux bâtir en terrains inondables constructibles».

Objectif: promouvoir des solutions et des projets de construction innovants pour rendre les habitants moins vulnérables aux risques d'inondation. Les lauréats, choisis parmi les les professionnels du secteurs, seront désignés en juin 2015. Ils peuvent s'inscrire en ligne, sur le site du gouvernement. «La France a malheureusement des années de retard dans ce domaine car elle a toujours privilégié les barrages ou les digues pour maîtriser l'eau alors que ce système a ses limites», explique au Parisien l'architecte Sylvain Pasquier. Exemple significatif de ces limites: la tempête Xynthia, qui avait touché la côte ouest de la France, en février 2010. Malgré les digues, des lotissements entiers avaient alors été noyés par la mer, et 47 personnes avaient péri. Plus récemment,???

La maison flottante, une alternative pour les zones inondables?

«Plutôt que de vouloir à tout prix lutter contre l'eau, il faut apprendre à vivre avec», souligne avec sagesse Sylvain Pasquier. «Vivre avec», cela veut dire l'apprivoiser, et l'intégrer aux constructions. Dans certains pays voisins comme aux Pays-Bas, cette réflexion est déjà devenue un automatisme. «Amsterdam cherche à exploiter cette eau qui est partout», expliquait une architecte dans un reportage publié par Le Monde. En France, quelque 19.000 communes qui sont soumises au risque d'inondation, pendant qu'un Français sur quatre est potentiellement concerné.

Face à cela, des solutions d'habitations alternatives existent: logements construits sur pilotis, habitations surélevées sur des buttes artificielles... La société Batifl'o - située à Pau - est spécialisée dans ce type de constructions, et propose plusieurs habitations flottantes à la surface et au prix variable. Pour l'architecte Français Stéphane Malka, cette initiative est un trompe-lœil. «Ségolène Royal voit dans cet appel d'offre une échéance de mandat électoral à court terme, et non une vraie solution pérenne», explique-t-il. «Ils nous parlent d'innovation alors qu'il ne s'agit en réalité que de mettre en lumière des techniques déjà bien exposées au marché de la construction. La maison flottante est une solution connue depuis des siècles.»

Pour autant, ces mécanismes sont bien des solutions à long terme. «Au regard de la surpopulation mondiale et des futurs réfugiés climatiques, il faudrait développer des mégastructures flottantes, villes nomades ou sédentaires tels des plates formes pétrolifères», continue Stéphane Malka. «Il faudrait recréer une réelle typologie de ce que signifie l'habitat en rapport avec l'eau, comme par exemple utiliser les flux aquatiques et les vents pour générer une véritable ville verte, autonome énergétiquement», conclut-il.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.