Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des épargnants français victimes de la hausse du franc suisse

Le Figaro05/10/2011 à 12:04
Crédit agricole et BNP Paribas ont vendu des prêts immobiliers indexés sur la devise helvétique. Avec la hausse des cours, des centaines de particuliers se retrouvent floués.

La hausse du franc suisse ne pénalise pas seulement les habitants de la confédération helvétique. Elle fait aussi des ravages parmi les clients des banques. L'Association française des usagers des banques (Afub) a déjà reçu près de cent cinquante plaintes de particuliers ayant souscrit des prêts immobiliers indexés sur la devise suisse. «Mais d'après nos estimations, quinze mille personnes au minimum seraient concernées sur toute la France», évalue Serge Maître, délégué général de l'association. Des produits financiers intéressants de prime abord, mais qui se sont révélés extrêmement coûteux depuis l'envolée du franc.

La quasi totalité des prêts dont l'Afub a pris connaissance ont été contractés en 2008 ou 2009 auprès du Crédit agricole et de BNP Paribas. Dans un tiers des cas, ces emprunts visaient à financer l'achat d'une résidence principale, les autres ayant été souscrits dans le cadre d'un investissement locatif. «C'est BNP Paribas qui s'est montrée la plus offensive. 70% des prêts que nous avons étudiés ont d'ailleurs été contractés auprès d'elle. Ces banques faisaient miroiter à leurs clients des taux plus intéressants, tout en leur assurant que le franc demeurerait stable», explique Serge Maître.

Une loi en Hongrie

Cette analyse s'est avérée erronée. Valeur refuge dans la crise, le franc suisse s'est apprécié de près de 25% entre le début du mois de janvier et la fin de l'été, engendrant un surcoût de même ampleur pour les souscripteurs. Avec des sommes empruntées de l'ordre de 200.000 euros à 300.000 euros, l'écart s'avère non négligeable.

Si les mensualités n'ont pas varié, la durée des prêts comme la somme restant à rembourser ont drastiquement grimpé. Sur un forum, un client de BNP Paribas se plaint par exemple d'avoir vu son capital restant dû passer de 133.000 euros à 162.000 euros en l'espace d'un an et demi.

Des solutions semblent cependant envisageables au cas par cas. «Pour trois dossiers, les banques ont accepté de passer un accord avec leur client. Ceux-ci ont pu échanger leur prêt indexé sur le franc contre un prêt en euros. Mais tout l'enjeu des négociations est de savoir qui prend en charge le surcoût lié à la hausse de la devise suisse. Les banques ont parfois accepté d'en prendre la moitié à leur charge», précise Serge Maître.

En Hongrie, où le phénomène a pris une autre ampleur - les deux tiers des prêts y sont actuellement libellés en franc suisse -, le gouvernement a pris des mesures radicales. Une loi récemment votée contraint les banques à échanger ces prêts contre des prêts en forints, à un taux fixe préférentiel de 25% inférieur au taux actuel du marché. Pour les banques, cette mesure aura un coût. Les établissements autrichiens, très implantés en Hongrie, pourraient notamment y perdre de l'ordre de 6 milliards d'euros. Furieux, le secteur a saisi la cour constitutionnelle hongroise, sans succès. Mais l'Union européenne pourrait déclarer le mécanisme illégal.

LIRE AUSSI :

» Des centaines de villes au bord de la faillite

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.