Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des délais d'attente toujours plus longs chez les ophtalmologistes

Le Figaro11/02/2016 à 11:51

Il faut attendre 85 jours en moyenne pour obtenir un rendez-vous, soit huit de plus qu'en 2014. En cause, l'augmentation des départs à la retraite et le nombre croissant de patients.

Il va falloir s'armer de patience. Il faut désormais attendre 85 jours en moyenne pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste. Soit huit jours de plus qu'en 2014. Ce délai ne cesse d'augmenter, surtout en secteur 2, selon l'étude nationale d'évaluation des délais d'obtention d'un rendez-vous de consultation en ophtalmologie de Yssup Research pour Point Vision révélée par Le Parisien.

Dans le détail, si le délai moyen augmente, ceux supérieurs ou égaux à 6 mois sont en recul. Ils ne concernent plus que 7% des ophtalmologistes, contre 11% en 2014. L'étude, réalisée auprès de 3239 spécialistes exerçant en ville, montre aussi de fortes disparités régionales. Sur le podium des départements où il fait bon vivre, même avec une myopie, les Alpes-Maritimes peuvent se gargariser d'offrir le délai d'obtention d'un rendez-vous le plus court: 19,7 jours. La Corse et le Var se situent juste après, avec respectivement 35,57 et 36,92 jours d'attente. A l'opposé, le trio de fin: le Finistère accuse le délai le plus long, avec 168,11 jours d'attente. L'Isère (162,96 jours) et la Seine-Maritime (153,76 jours) font à peine mieux.

Parmi les 10 plus grandes villes étudiées, Rennes reste celle, comme en 2014, où il faut se montrer le plus patient. On y obtient une consultation au bout de 123,2 jours. La capitale de la Bretagne est suivie de loin par Nantes (89,4 jours) et Lyon (78 jours). À l'inverse, c'est à Nice que l'attente est la moins longue, avec 21,6 jours, mais aussi à Marseille (30,2) et à Bordeaux (41,6). À Paris, comptez entre 47 et 48 jours pour réussir à voir votre ophtalmologiste.

Départs à la retraite

«Il y a toujours entre 200 et 250 médecins qui partent à la retraite chaque année, pour 150 ophtalmologistes qui arrivent», explique au Figaro Patrice Pouts, président du groupe Point Vision. «Les nouveaux ne compensent pas les départs à la retraite.» Autre problème, le nombre toujours plus important de patients qui ont besoin de consulter un ophtalmologiste. «Le vieillissement de la population, le travail sédentaire, sur tablette, favorisent les problèmes de vue. La majorité des Français est concernée», note Patrice Pouts. Trois Français sur 4 seraient concernés, selon un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) publié en septembre dernier. Pour endiguer l'attente chez les ophtalmologistes, le rapport évoquait plusieurs pistes, dont la délégation de certaines prescriptions aux orthoptistes.

Des propositions partagées par Patrice Pouts. «Il faut des cabinets pluridisciplinaires, avec les contrôles effectués par des orthoptistes, les examens médicaux par les ophtalmologistes», explique-t-il. «Nos cabinets médicaux sont organisés de cette manière, les rendez-vous sont plus rapides.» Autre solution avancée, la prise de rendez-vous par Internet: «75% des patients le font aujourd'hui, c'est plus facile et plus rapide».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.