Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des compromis fiscaux pour préserver les PME

Le Figaro06/06/2012 à 21:44
Les entreprises françaises ne sont pas au mieux de leur forme. Contrairement à leurs concurrents étrangers, elles sont soumises à une multitude de prélèvements.

C'est un doux euphémisme: les entreprises françaises ne sont pas au mieux de leur forme. Difficultés du volailler Doux, incertitudes sur les hauts fourneaux de Florange, les exemples abondent. Les statistiques générales dessinent le même tableau. Le taux de marge des entreprises, un indicateur de l'Insee mesurant leur rentabilité opérationnelle, a diminué en 2011 pour s'établir à 28,6 %. Il faut remonter à 1986 pour retrouver un niveau aussi faible. En Allemagne, ce même taux de marge est de... 40 %. Autre indicateur inquiétant, le moral des industriels français, tel que mesuré par l'Insee, a encore baissé en mai et se situe en dessous de la moyenne de long terme.

Dans ce contexte, les projets fiscaux du gouvernement inquiètent. Des projets qui, selon le Medef, alourdiraient la charge fiscale et sociale des entreprises de 22 milliards d'euros. Laurence Parisot, sa présidente, ne cesse de répéter que les entreprises ne pourront supporter un tel choc. Deux mesures apparaissent particulièrement dangereuses: celle sur la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) et celle sur la déductibilité des intérêts d'emprunt.

La CVAE est l'un des deux impôts qui remplacent la taxe professionnelle. Pour le moment, elle est plus faible pour les PME: les entreprises réalisant moins de 500.000 euros de chiffre d'affaires n'en payent pas et celles dont le chiffre d'affaires est compris entre 500.000 euros et 50 millions d'euros bénéficient de taux réduits. «Le programme de campagne de François Hollande prévoit la disparition de ces allégements de CVAE accordés aux PME. Ce serait désastreux pour nous» alerte-t-on à la CGPME.

Tendance au compromis

Cela étant, selon nos informations, Bercy, conscient des difficultés des PME, serait prêt à mettre de l'eau dans son vin, soit en abandonnant carrément la mesure du programme PS, soit en se contentant plutôt de réduire les allégements de CVAE pour les PME. Les arbitrages ne sont pas encore rendus, mais cette tendance au compromis se dessine. Une tendance qui s'appliquerait aussi aux intérêts d'emprunt. Aujourd'hui, une entreprise peut déduire de son bénéfice imposable les intérêts qu'elle paye quand elle emprunte pour investir, ce qui lui permet de réduire son impôt sur les sociétés. Au nom de la «définanciarisation» de l'économie, le programme PS voulait supprimer cette déductibilité si l'emprunt servait à financer des achats d'actions. De quoi décourager les rachats d'entreprises. Gênant si on veut aider les sociétés françaises à grandir... Désormais, Bercy étudierait une autre option, selon nos informations, qui confirment celles révélées mardi par Latribune.fr: les intérêts resteraient déductibles, mais dans une certaine limite (à 60 % par exemple).

Reste un problème: si le gouvernement décide d'être un peu plus généreux sur ces deux points, il lui faudra trouver des ressources supplémentaires. La mesure CVAE devait rapporter 3,3 milliards, celle sur les intérêts 4 milliards. D'ores et déjà des idées circulent, comme une taxation des licenciements boursiers. Ou des mesures plus techniques, comme la suppression de la déductibilité des abandons de créance accordés par la société-mère à sa filiale.

Quoi qu'il en soit, il est probable que ces mesures touchant aux entreprises ne passent pas dans le texte budgétaire de juillet mais soient examinées à l'automne, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2013. De quoi laisser le temps de la concertation.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.