Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des aoûtiens plus nombreux mais moins dépensiers

Le Figaro25/08/2013 à 21:13
Les professionnels de la restauration déplorent des baisses de 5 à 15% de leur chiffre d'affaires ce mois-ci.

Crise oblige, les Français sont seulement une petite moitié à être partis en vacances en cet été 2013. Ce phénomène n'a rien d'inédit. Il en est de même depuis trois ans. Mais, ce qui est nouveau, c'est que, une fois le grand départ programmé et financé, une fois le lieu de villégiature choisi, les migrants estivaux privilégient désormais des hébergements et une restauration «gratuits», dans leurs familles ou chez des amis.

Un changement de comportement qui se fait au détriment des hôtels et campings. «La forte progression de cet hébergement non marchand, ajouté aux échanges d'appartements, grignote inévitablement des parts d'activité aux professionnels», reconnaît Hervé Becam, vice-président de l'Umih (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie). Sans compter que même les vacanciers qui paient leur hébergement optent pour des séjours plus courts. Ils dépensent moins, vont moins au restaurant.

Moins dépensiers, les vacanciers aoûtiens, français et étrangers, n'en ont pas moins été plus nombreux. À tel point que le mois d'août a sauvé, en termes d'affluence, une saison qui avait mal débuté pour les professionnels du tourisme. La hausse de la fréquentation touristique a pu atteindre + 5 à + 10 % ce mois-ci sur le littoral du Nord et en Normandie. Même tendance en Bretagne ou dans le Sud.

Disparités régionales

Le taux d'occupation des hôtels, dopé par les touristes étrangers, a finalement mieux résisté que prévu. Selon le cabinet de conseil hôtelier MKG Hospitality, il a été de 79,1 % (+ 7,8 points comparé à août 2012) à Paris les trois premières semaines d'août, alors qu'il faisait du surplace en province, à 69,3 %. Reste que cette affluence est inégale. La Dordogne aurait ainsi vu le nombre de ses visiteurs fondre de 30 %. Et puis le retour des vacanciers ne s'est pas partout accompagné d'une hausse des dépenses.Selon des données provisoires, plusieurs restaurateurs estiment ainsi que leur chiffre d'affaires a reculé de 5 % en août.

En Aquitaine et Languedoc-Roussillon, dans le secteur de l'hébergement commercial (hôtels, campings), des entreprises accuseraient une chute de 10 % de leurs ventes.

«Au niveau national, la hausse de la fréquentation permettra, en dépit de ces déceptions, sur l'ensemble du mois d'août, d'afficher des chiffres d'affaires stables dans l'hôtellerie et restauration», rassure Hervé Becam.

C'est, en revanche, la rentabilité des professionnels qui devrait accuser le coup. Pour remplir leurs établissements, certains ont cassé les prix. «En multipliant les promotions et les réservations de dernière minute, qui supposent des commissions d'agences de voyages, beaucoup ont mis à mal leurs résultats», explique-t-il.

Autant dire que cet été en demi-teintes n'a pas été des plus rentables. Il n'aura pas, non plus, permis de compenser une très difficile année 2013. Encore sous le coup d'un printemps pluvieux, les hôtels, résidences et campings de province et des stations balnéaires risquent d'accuser un recul de 10 % de leur chiffre d'affaires sur l'année.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.