Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Derniers réglages sur la réforme de l'ISF

Le Figaro25/04/2011 à 10:01
Le gouvernement veut éviter les effets de seuil liés à l'imposition au premier euro à partir de 1,3 million d'euros de patrimoine. Il envisage de rendre obligatoire l'autoliquidation du bouclier et planche sur le financement des PME.?

C'est l'heure des derniers calages pour la réforme de la fiscalité du patrimoine. Le texte doit en effet partir au Conseil d'État en milieu de semaine, avant d'être présenté en Conseil des ministres le 11 mai.

Il est désormais «quasi certain», selon un conseiller gouvernemental, que les contribuables de l'actuelle première tranche, ceux qui possèdent entre 0,8 et 1,3 million de patrimoine, seront dispensés du paiement de l'ISF dès cette année. Quant à la date de déclaration et de paiement de l'ISF, «il est très probable qu'elle soit repoussée après l'été», dit-on à Bercy, vraisemblablement au 15 septembre. En revanche, il est trop tard pour fusionner dès cette année la déclaration d'ISF avec la déclaration de revenu. Les contribuables concernés devront donc attendre l'an prochain pour déclarer leur ISF tout simplement en cochant une case sur leur déclaration d'IR.

L'autre grand point de la réforme de l'ISF - la refonte du barème - sera également mis en œuvre en 2012. Mais alors que l'ancien barème ne taxe que la part du patrimoine supérieure à 800 000 euros, le nouveau barème s'appliquera au 1er euro. Ainsi un ménage ayant 4 millions de biens payera 20 000 euros avec le nouvel ISF (4 millions multipliés par 0,5 %). Inconvénient de ce nouveau système : il va créer des effets de seuil, lors de l'entrée dans la première tranche du nouvel ISF à 1,3 million, puis lors du passage à la seconde tranche à 3 millions. Avec 1,299 million de patrimoine, un ménage ne paye rien. Mais à 1,3 million et un euro de patrimoine, son ISF s'élèvera directement à 3 250 euros. Pour lisser ces effets de seuil, le gouvernement instaurera une décote, équivalente à celle qui existe en matière d'impôt sur le revenu, entre 1,3 et 1,4 million de patrimoine et autour de 3 millions. Il s'agit d'une formule complexe destinée à rendre progressive la hausse de l'impôt pour éviter qu'il n'y ait des perdants.

Concernant le bouclier fiscal, plusieurs éléments. Bien que supprimé par la réforme, les bénéficiaires du bouclier en profiteront jusqu'en 2012 dans la mesure où il est calculé sur les revenus de 2010. Par ailleurs, le gouvernement envisage de rendre obligatoire l'autoliquidation du bouclier fiscal en 2012. L'autoliquidation, aujourd'hui facultative, permet aux contribuables d'imputer le montant estimé de leur bouclier sur leur facture d'ISF, d'impôts locaux ou de prélèvements sociaux. Le fisc n'a alors pas à envoyer lui-même de chèques de remboursement, susceptibles de «fuiter» auprès du grand public. Ce serait un gage de discrétion pour 2012.

Inquiétudes sur le financement 

La réforme de l'ISF touche aussi, par ricochet, le financement des PME. Plusieurs pistes sont examinées. La première consiste à ramener la réduction d'impôt de l'ISF PME de 50 % à 22 % de l'investissement. Ce qui correspondrait à un alignement avec le dispositif Madelin, le pendant de l'ISF PME en matière d'impôt sur le revenu. Une évolution permettrait de réduire le coût pour l'État de l'ISF PME. Autre idée : les plafonds d'investissement du Madelin, aujourd'hui de 50 000 euros pour un célibataire et 100 000 euros pour un couple, pourraient être relevés et portés à 200 000 et 400 000 euros pour un investissement dans une petite entreprise au sens européen.

Quoi qu'il en soit, les parlementaires s'inquiètent du financement de la réforme. Surtout si la suppression de la première tranche est effective cette année, ce qui générera un manque à gagner de 350 millions pour l'État. À Bercy, on rétorque que les mesures sur les héritages seront mises en place dès l'été, lors de la promulgation de la loi. Le ministère attend dès cette année 100 à 150 millions de recettes provenant du durcissement des règles fiscales sur les donations (délai porté de six à dix ans, fin des mesures d'âge…).

«Les mesures sont sur la table et nous travaillons aux derniers réglages. La réforme sera équilibrée», assure-t-on à Bercy.

LIRE AUSSI :

» Comment réduire son ISF

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.