Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dépendance : l'intouchable millefeuille administratif

Le Figaro14/02/2014 à 16:18

ANALYSE - Le projet de loi pour l'autonomie, dévoilé ce vendredi en conseil des ministres, ne résout en rien les problèmes structurels du secteur.

On nous promettait une grande réforme... Las, malgré les efforts déployés par la ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, le projet de loi d'orientation et de programmation «pour l'adaptation de la société au vieillissement», présentée ce vendredi en conseil des Ministres, a dégonflé après un an et demi de concertations et de réflexion.

L'ensemble des mesures pour aider les personnes âgées à continuer à vivre à domicile pèse 645 millions d'euros. En période de crise, ce n'est pas rien. Mais au regard des enjeux financiers de la dépendance, ce n'est pas grand-chose. La dépendance représente aujourd'hui 22 milliards d'euros de dépenses publiques chaque année. A cela il faut ajouter 7 milliards, qui sortent de la poche des seniors et de leur famille. La facture devrait gonfler, lentement mais inexorablement, ces prochaines années. De l'ordre de 2,5 milliards d'euros d'ici à 2025, puis jusqu'à 8,5 milliards en 2040. Les dépenses des ménages, qui représentent un tiers des aides publiques, ont toutes les chances d'augmenter au même rythme, voir plus vite encore.

Certes, il n'y pas que l'argent. Et, à défaut de moyen financiers, le gouvernement aurait pu choisir de simplifier drastiquement l'architecture du système qui relève aujourd'hui du millefeuille. De quoi générer au passage, peut-être, quelques économies. «C'est un foutoir sans nom», résumait début 2013 le M. Dépendance de l'équipe de campagne de François Hollande, Luc Broussy. Conseil général, Assurance retraite, Assurance-maladie, Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie, organismes complémentaires... toutes ces institutions interviennent dans le champ de la dépendance. Les âgés et leurs familles s'y perdent.

Les acteurs le reconnaissent eux-mêmes. La Caisse nationale d'Assurance vieillesse et l'Agence nationale de l'habitat s'accordent dans un récent rapport que «le faible nombre de demandes d'aides pour adapter le logement tient notamment au manque de lisibilité des dispositifs, lui-même provoqué par l'enchevêtrement des dispositifs». Pas moins de quatre financeurs peuvent en effet subventionner l'installation d'une barre de soutien!

Pas de choc de simplification

Rien ne changera avec le projet de loi Delaunay. Le gouvernement, pour ne fâcher personne, a fait, explique-t-il, «le choix de la co-construction et du partenariat». Il ajoute même des couches de «gouvernance» au système, avec des «conseils pour la citoyenneté et l'autonomie» dans chaque département et, pour chapeauter le tout, un «Haut conseil de l'âge» rattaché directement au premier ministre. Le secteur de la dépendance ne connaîtra donc pas le «choc de simplification».

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.