Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dépannage, travaux Tout savoir sur le devis

Intérêts privés15/05/2010 à 19:32
Le devis a pour fonction première de renseigner le consommateur sur les prix pratiqués par le professionnel, afin qu'il puisse librement les comparer avec la concurrence.

Toutefois, établir un devis va au-delà d'une simple estimation du coût d'une prestation. En effet, lorsqu'il est signé par les deux parties, il acquiert la même valeur qu'un contrat et constitue un engagement ferme tant de la part du professionnel que de celle du client.


Un devis souvent obligatoire

Quel qu'en soit le montant, dès lors que vous en faites la demande, un professionnel doit vous remettre, préalablement à l'exécution de travaux ou d'une prestation, un devis détaillé.

Plus de 150 ?. Lorsqu'il s'agit de prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager (arrêté du 2 mars 1990, art. 3), un devis doit obligatoirement être établi si le montant estimé des travaux est supérieur à 150 ? TTC (devis compris). Une exception, toutefois, lorsque l'intervention est effectuée en cas de « situation d'urgence absolue », afin de faire « cesser un danger manifeste pour la sécurité des personnes ou l'intégrité des locaux ».

Mentions obligatoires. Le devis doit comporter un certain nombre de mentions, comme par exemple : date, nom et adresse du professionnel ainsi que ceux du client, lieu d'exécution des travaux, décompte détaillé de chaque prestation et produit, en quantité et en prix unitaire... (liste détaillée à l'article 3, arrêté 2 mars 1990).

Gratuité ? La gratuité du devis n'est qu'un geste commercial. Le professionnel est en droit de vous facturer sa réalisation, à condition de vous en avoir informé au préalable. En pratique, lorsque vous acceptez un devis « payant », son coût est généralement déduit de la facture finale.


Une signature qui engage

Obligatoire ou facultatif, le devis engage le professionnel sur l'étendue des travaux décrits, leur coût, les délais d'exécution prévus. Toutefois cet engagement a une durée de validité limitée, précisée sur le document. Au-delà de cette date, l'offre décrite dans le devis est caduque et le professionnel est alors libre de modifier ses tarifs.

Contrat définitif. Si vous signez le devis, ce dernier acquiert la même force juridique qu'un contrat. Dès lors, vos engagements réciproques (d'effectuer la prestation d'une part, d'en payer le prix convenu, d'autre part) deviennent fermes et définitifs.


Dépassement de devis

Si, après exécution des travaux, le professionnel vous présente une facture d'un montant supérieur à celui prévu dans son devis initial, vérifiez d'abord si votre devis ne comporte pas une clause prévoyant une révision du prix en cas, par exemple, de hausse du coût de la main-d'oeuvre ou des matériaux. Dans ce cas, le professionnel est en droit de le faire. Si cette hausse est justifiée par des travaux supplémentaires, vous n'êtes tenu de payer cet excédent que si le professionnel a pris soin de recueillir au préalable votre accord pour leur exécution, par exemple en vous faisant signer un avenant au devis initial. À défaut, c'est le montant prévu de prime abord, et lui seul, que vous devez régler.

Si vous n'arrivez pas à résoudre un litige à l'amiable avec le professionnel, contactez la DGCCRF, le syndicat professionnel de l'artisan ou une association de consommateurs.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.