Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Début de polémique sur la chute des prix à la pompe

Le Figaro27/12/2014 à 09:00

Le gazole et le super sans plomb sont à leur plus bas depuis quatre ans et demi. Mais le tarif pourrait être plus attractif, selon des associations de consommateurs.

La dégringolade des prix à la pompe n'empêche pas les polémiques. Après que la gazole et le super sans plomb ont baissé de 17 % en moyenne depuis le début de l'automne - à leur plus bas niveau depuis quatre ans et demi -, certaines voix s'élèvent pour stigmatiser un recul insuffisant.

L'association de consommateurs CLCV en particulier a pointé vendredi un léger rebond des marges de distribution, à hauteur de 12,4 centimes par litre d'essence pour la troisième semaine de décembre, contre 10,8 centimes en novembre. L'Union française des industries pétrolières (Ufip) ne conteste pas ces chiffres mais elle ajoute aussitôt qu'il y a toujours un léger décalage, de l'ordre de quelques jours, entre l'évolution des cours du pétrole et les répercussions à la pompe des variations du baril.

L'Ufip est d'autant plus droit dans ses bottes que, le 8 décembre dernier, après que François Hollande a réuni tous les acteurs de la distribution de carburants en France - y compris les associations de consommateurs -, l'Élysée a indiqué que la chute du pétrole était correctement répercutée dans les stations-service de l'Hexagone.

Depuis, le brent à Londres a encore reculé: il évolue désormais autour de 60 dollars, soit un repli de 50 % en quelques mois. Selon les derniers relevés de l'Ufip, le super sans plomb 95 (SP95) s'élève en moyenne à 1,3006 euro, et 1,1135 pour le gazole. En un mois, ces produits ont abandonné plus de dix centimes. Pour le gazole, comme le note le site spécialisé carbeo.com, l'automobiliste réalise ainsi une économie d'un peu plus de 6 euros sur un plein de 60 litres.

Consommation inchangée

Ces gains très appréciables, surtout en période de fêtes de fin d'année où les départs en vacances sont nombreux, n'incitent pourtant pas les Français à rouler plus. Les derniers relevés statistiques montrent que la consommation de carburants devrait observer une parfaite stabilité en 2014, avec à peine une augmentation de 0,1 %.

«Non seulement les automobilistes sont devenus très soucieux d'économiser leurs dépenses à la pompe mais la chute du pétrole est trop récente pour qu'un changement de comportement commence à émerger», souligne Jean-Louis Schilansky, le président de l'Ufip.

En marge des volumes écoulés, une autre constante de la distribution de carburants en France réside dans son côté ultraconcurrentiel: la marge nette ne dépasse pas un centime d'euro par litre, tant pour les pétroliers que pour les grandes surfaces - qui détiennent plus de 60 % de parts de marché. Cette guerre des prix conduit certains acteurs à pratiquer des opérations ultra-attractives, comme ce litre de gazole vendu à moins d'un euro en fin de semaine dernière.

Elle fragilise aussi l'ensemble des stations-service indépendantes, soumises comme la totalité des grands réseaux à des coûts très importants de mise aux normes. C'est pour cela que le secrétariat d'État chargé du Commerce, de l'Artisanat et de la Consommation a assuré vendredi que les stations bénéficieraient d'un montant d'aides inchangé en 2015 et 2016, de l'ordre de 2,5 millions d'euros.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.