Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Déblocage exceptionnel de l'épargne salariale dès cet été

Le Figaro22/04/2013 à 15:17
Une proposition de loi sera discutée ce mardi à l'Assemblée. Cette mesure, qui doit permettre aux bénéficiaires de débloquer jusqu'à 20.000 euros durant six mois, pourrait entrer en vigueur dès le 1er juillet. Elle a pour but de relancer la consommation.

Ce débat parlementaire tombe à point nommé alors que 77% des Français s'attendent à ce que leur pouvoir d'achat diminue encore en 2013, selon un sondage publié ce lundi par 60 millions de consommateurs. La proposition de loi déposée par les députés Bruno Le Roux, Christian Eckert et Catherine Lemorton sur un déblocage exceptionnel de l'épargne salariale sera discutée ce mardi par la Commission des Affaires sociales de l'Assemblée, avant un débat en séance le 13 mai. Cette mesure avait été annoncée par François Hollande, lors de son intervention télévisée fin mars. Son objectif: relancer une consommation en berne. Pendant six mois, les Français vont donc pouvoir piocher jusqu'à 20.000 euros dans leur participation salariale, ainsi que dans l'intéressement, sans ponction fiscale et sans justification de leurs achats.

Concrètement, «le dispositif de déblocage exceptionnel proposé permet aux bénéficiaires de retirer au cours de l'année 2013, tout ou partie des avoirs bloqués dans l'un de ces dispositifs d'épargne salariale, à l'exception de ceux qui sont placés dans un plan d'épargne retraite collectif (PERCO) et de ceux investis dans les fonds solidaires», précise le texte qui sera examiné par les députés. Titres, parts, actions et sommes attribuées au titre de l'intéressement sont donc inclus dans ce dispositif. Les salariés devront opérer ce retrait en une seule fois et en faire la demande «dans un délai de six mois à compter de la date de promulgation de la présente loi». Le gouvernement ayant engagé une procédure accélérée sur cette proposition, elle pourrait entrer en vigueur dès le 1er juillet.

Scepticisme des gérants

Déjà utilisé en 2004, 2005 et 2008, le déblocage de la participation est accueilli avec scepticisme par les gérants. Ils craignent que les fonds retirés soit majoritairement utilisés pour rembourser des emprunts ou placés dans d'autres produits de placements plus liquides, comme le Livret A. C'est ce qu'il s'était passé en 2005, lorsque les Français avaient sorti 7,5 milliards d'euros de leur épargne longue dont une majorité avait été réaffectée vers d'autres placements, selon l'Insee. Le coup de pouce à la consommation avait donc été limité.

Cette mesure serait même incohérente et dangereuse pour le financement de l'économie, selon l'Association française de la gestion financière (AFG). «Cette épargne longue est investie à 60% en actions et finance les entreprises sur le long terme, en particulier les entreprise solidaires», a-t-elle récemment réagi. Pour ne pas mettre en difficulté les entreprises, la proposition de loi prévoit que le déblocage d'avoirs investis en titres de la société, ou dans un fonds que celle-ci consacre à des investissements, soit soumis à un accord collectif ou à l'accord du chef d'entreprise. «Cet accord peut prévoir que le versement ou la délivrance de certaines catégories de droits peut n'être effectué que pour une partie des avoirs en cause.»

Au 30 juin 2012, les actifs gérés en épargne salariale s'élevaient à 89,2 milliards d'euros, selon l'AFG. Près de 7,2 millions de salariés ont perçu une prime au titre de la participation ou de l'intéressement ou bénéficié d'un abondement de l'employeur en 2010, sur les quelque 8,8 millions qui avaient accès à ces dispositifs, d'après les dernières données de la Dares. Au total, plus de 16,2 milliards d'euros ont ainsi été distribués au titre de l'exercice 2010 par les entreprises de 10 salariés ou plus, soit une augmentation de 14 % par rapport à l'année précédente. L'ensemble de ces dispositifs représentent un complément de rémunération de 2335 euros en moyenne par salarié. Lorsqu'ils sont investis en compte courant bloqué ou sur un plan d'épargne salariale (PEE, PEI), ces avoirs sont normalement indisponibles pendant cinq ans. Idem pour l'intéressement lorsqu'il est placé sur un tel plan. Le débloquage anticipé est seulement prévu dans des cas très précis: acquisition de la résidence principale, mariage/PACS, naissance ou adoption d'un troisième enfant, divorce, création d'entreprise ou rupture du contrat de travail.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.