Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dans un village d'Indonésie, du jus de tofu transformé en électricité verte

RelaxNews15/05/2016 à 18:18

Si cette production était étendue à l'ensemble du pays, plus de 56.000 tonnes de combustibles fossiles pourraient être remplacés chaque année par ce biogaz, estime l'agence publique des technologies. (AFP PHOTO/ADEK BERRY )

(AFP) - Trois hommes dans une pièce sombre et embuée transpirent devant des chaudrons bouillonnants: ils font du tofu à Kalisari, au coeur de la région spécialiste de ce fromage de soja sur l'île de Java en Indonésie. Et grâce à cette activité, leur village produit désormais de l'électricité "verte".

Les gestes sont les mêmes depuis des générations dans ce pays au climat tropical. Les habitants de Kalisari battent d'abord le lait de soja mélangé à des coagulants, puis ils égouttent les résidus et coupent la pâte blanche en petits cubes. C'est ainsi que le tofu, issu du caillage du lait de soja et constituant une base importante de l'alimentation en Asie, est fabriqué.

Mais depuis quelques années, la pratique ancestrale s'est enrichie d'une étape résolument moderne: aujourd'hui, les résidus liquides acides ne sont plus jetés dans le caniveau, ils sont retraités pour produire du biogaz bon marché qui servira pour s'éclairer et cuisiner. Le village rêve même de devenir bientôt autosuffisant en électricité.

Pas moins de 150 petites entreprises de tofu exploitées pour la plupart dans des maisons familiales bénéficient aujourd'hui de ce plan vert innovant.

Le processus ? Une fois que le lait est caillé - grâce à l'ajout d'acide acétique -, le jus est égoutté. Cette "eau usée" est évacuée via des canalisations reliées à de grandes cuves, où des matières organiques vont fermenter grâce à l'introduction d'une bactérie, permettant ainsi la fabrication de biogaz. D'importantes quantités d'eau sont nécessaires, soit environ 33 litres par kilo de fromage de soja.

Parmi les premiers bénéficiaires de cette petite révolution figurent les producteurs de tofu: après avoir été pendant longtemps dépendants des livraisons sporadiques de gaz naturel ou de bois pour alimenter les fours, ils peuvent maintenant se procurer du biogaz à tout moment.

"Les avantages sont énormes", se réjouit Waroh, un producteur de tofu du village interrogé par l'AFP.

- Réduire les émissions de carbone -

Pour les villageois, cette énergie est non seulement trois fois moins chère que le GPL (gaz de pétrole liquéfié) mais elle permet aussi de réduire les émissions de carbone, dont l'Indonésie est l'un des plus grands émetteurs au monde.

Si cette production était étendue à l'ensemble du pays, plus de 56.000 tonnes de combustibles fossiles pourraient être remplacés chaque année par ce biogaz, estime l'agence publique des technologies.

Un optimisme partagé par l'ONG néerlandaise Hivos, qui a installé en Indonésie quelque 20.000 digesteurs, ces cuves qui produisent du biogaz grâce à un procédé de méthanisation des déchets organiques.

"Il y a des milliers de producteurs de tofu à travers le pays. Le potentiel est important ici", explique à l'AFP Robert de Groot, qui dirige le programme de développement de Hivos.

A l'échelle de l'Indonésie, pays d'Asie du Sud-Est très dépendant des énergies fossiles, le potentiel de production d'énergies provenant de sources non conventionnelles comme le tofu est même immense, observent des experts.

Pour l'instant, les énergies renouvelables ne sont à l'origine que d'une infime partie de l'électricité générée dans l'archipel de 17.000 îles et îlots où vivent 255 millions d'habitants. Mais le gouvernement, qui s'est engagé à réduire les émissions de gaz à effet de serre, veut que leur part atteigne 25% du total d'ici à 2025.

Si la plupart des projets d'énergie renouvelables ont trait au solaire et à l'éolien, l'initiative de Kalisari figure parmi quelques approches originales. D'autres Indonésiens produisent, eux, de l'énergie à partir de sorgho (plante herbacée cultivée dans les régions chaudes) ou de déjections de porcs.

- L'expérience fait des émules -

A Kalisari, la production de biogaz contribue à réduire les dommages causés à l'environnement par la production de tofu. Des milliers de litres d'eaux usées étaient auparavant déversés dans les rivières de la région, souillant les cours d'eau et contaminant les rizières en aval.

"L'environnement ici était très pollué", déclare à l'AFP le chef de l'administration locale Aziz Masruri, en montrant une rivière où étaient rejetés les résidus liquides du tofu. "Cela affectait notre agriculture et l'eau puait", dit-il.

Depuis que le liquide opaque et nauséabond est récupéré pour oeuvrer à la production de biogaz, la rivière est plus claire et sent moins, constate M. Masruri.

Compte tenu de ses avantages, la production de biogaz s'est rapidement développée. Kalisari est passé de un à cinq digesteurs en quelques années. Les modèles les plus récents ont une capacité beaucoup plus grande qui permet d'alimenter près de 100 maisons en électricité.

Fort de ce succès, le petit village accueille constamment des responsables de régions voisines désireux de produire à leur tour du biogaz, souligne M. Masruri.

Et à Kalisari, la demande de biogaz excède désormais l'offre: les villageois qui veulent se convertir au biogaz devront attendre l'arrivée d'un nouveau digesteur, relève M. Masruri, qui veut croire que le village deviendra un jour "100% vert", soit autosuffisant en électricité grâce au tofu.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.