Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dans le bâtiment, la reprise n'arrivera que début 2016

Le Figaro30/06/2015 à 18:42

La situation dans le bâtiment est particulièrement difficile. Après avoir perdu 27.500 emplois en 2014, le secteur en a encore supprimé 51.500 au premier trimestre.

Vivement l’année prochaine. Le bâtiment s’attend à une sortie de crise dans quelques mois. «Les perspectives pour la fin 2015 et le début 2016 s’avèrent bien mieux orientées», explique Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB). D’ailleurs, la tendance serait déjà moins mauvaise au deuxième trimestre, selon les entrepreneurs interrogés par l’Insee.

Reste que l’ampleur de ce redémarrage dans un secteur à la peine depuis la crise de 2008 dépendra de la situation extérieure: si la crise grecque dégénère, le ciel pourrait s’assombrir très vite. Surtout, les professionnels souhaiteraient que les pouvoirs publics leur donnent un coup de main.

Sur leur liste de courses, quelques demandes très techniques mais qui pourraient avoir un véritable impact positif sur l’activité. Par exemple, accentuer les différés d’amortissement du prêt à taux zéro PTZ+. «Le PTZ + finance majoritairement des opérations de primo-accession dans l’individuel, soit le segment susceptible de repartir le plus vite, comme l’avait déjà démontré la sortie de la crise des années 1990», argumente Jacques Chanut.

Durcir la lutte contre les travailleurs détachés

Dans le plan de relance du logement annoncé fin août 2014, Manuel Valls avait déjà desserré l’étau concernant ce sujet, allongeant un peu les différés d’amortissement. Une mesure qui solvabilise les moins fortunés mais coûte cher à l’État. Le coup de pouce du premier ministre est estimé à 140 millions d’euros pour 2016 et 340 millions d’euros pour 2017. Il semble donc très improblable que l’exécutif fasse un effort supplémentaire dans ce domaine. De même, la FFB demande au gouvernement de durcir la lutte contre les travailleurs détachés, un fléau dans le bâtiment. «Il faut permettre aux douanes de verbaliser quand la fraude au détachement est constatée», estime Jacques Chanut.

Il y a urgence car ce secteur continue à subir une terrible saignée. «Le début 2015 ressort comme une période particulièrement difficile pour le bâtiment», résume Jacques Chanut. Logements neufs, bureaux, entrepôts… Sur les cinq premiers mois de cette année, on a construit moins qu’en 2014 sur la même période.

Plongeon depuis 2008

Même le segment de l’amélioration-entretien continue à chuter. Une activité atone qui a des retentissements sur l’emploi. Au premier trimestre, 51.500 postes ont disparu, soit 4,3 % des effectifs. Un triste record jamais atteint depuis 2008. Quant aux défaillances d’entreprise, elles ont bondi de 10 %. La situation est d’autant plus préoccupante que le secteur enchaîne les exercices catastrophiques avec, au final, un recul de l’activité de 20 % depuis 2008. L’année dernière, la FFB avait enregistré un repli de 5,1 % avec 27.500 pertes d’emploi.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.