Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cumul emploi-retraite : une nouvelle carrière et un second revenu !

Intérêts privés01/04/2009 à 17:00

Remettre l'ouvrage sur le métier ? Une perspective vraiment d'actualité pour les seniors : la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 leur permet, s'ils ont fait liquider leurs retraites au taux plein, de reprendre un travail (sans restriction particulière) et de cumuler les deux sources de revenus : leur nouveau salaire et leurs pensions de retraite. De quoi séduire ceux qui n'ont pas envie de rendre si vite leur tablier, ou dont la pension est trop faible. Cette dernière ne sera toutefois pas augmentée des droits nouveaux que la reprise du travail aurait pu générer : la pension est bel et bien liquidée à titre définitif (contrairement au dispositif de la retraite progressive, voir encadré).

Cumul intégral...

À 65 ans, si vous avez fait liquider vos pensions personnelles de retraite des régimes de retraite légalement obligatoires (retraites de base et complémentaire Arrco, Agirc...), vous pouvez reprendre un travail (voire votre emploi chez votre dernier employeur) et percevoir intégralement vos pensions de retraite et votre nouveau salaire. Et cela sans être obligé d'attendre pendant six mois avant la reprise.

Si vous avez fait liquider ces retraites personnelles entre 60 et 65 ans à taux plein, vous pouvez aussi reprendre sans délai une activité sans limitation de ressources (mais avec un bémol pour les cadres supérieurs, voir ci-après).

...Sauf carrière incomplète

Si vous avez fait liquider vos pensions à un taux minoré entre 60 et 65 ans, vous devez continuer à respecter les conditions jusqu'à présent imposées pour cumuler salaire et pension :

- un plafond de ressources : le total de votre nouveau salaire additionné à votre retraite (de base et complémentaire) ne doit pas dépasser votre dernier salaire, ou 1,6 Smic (2 113,62 ?/mois en 2009) si cette dernière limite est plus favorable (les caisses Arrco-Agirc prennent aussi en compte un autre critère : la moyenne des 10 derniers salaires) ;

- un délai de latence de 6 mois pour reprendre votre emploi chez votre ancien employeur.

Cadres (très) supérieurs : pas d'avantage à attendre

Entre 60 et 65 ans, les cadres supérieurs ne peuvent cumuler intégralement leur nouveau salaire et leurs pensions de retraite qu'après avoir liquidé leur retraite Agirc « tranche C » avec une minoration. Cette limitation ne concerne donc que des cadres dirigeants ou de haut niveau car la tranche C correspond à une rémunération comprise entre 4 et 8 fois le plafond de la sécurité sociale (11 436 ? et 22 872 ?/mois en 2009).

S'ils préfèrent attendre leur 65e anniversaire pour ne pas subir d'abattement, ces cadres ne profiteront du cumul emploi-retraite que sous condition de ressources (mais, en ce cas, leur nouveau salaire et leurs retraites complémentaires ne devront pas excéder leur dernier salaire ou la moyenne de leurs 10 derniers salaires).

Démarches. Pour profiter de la possibilité de cumul, vous devez faire liquider vos pensions puis aviser, par écrit, vos caisses de votre intention de reprendre un travail (en tout cas, les prévenir dans le mois de la reprise d'activité). De nouveaux formulaires sont attendus, sans que cela ne gêne l'application de la mesure, explique l'administration.

Moins de charges sociales

Retraité nouvellement embauché, votre salaire supportera toutes les cotisations sociales, à l'exception toutefois de la cotisation d'assurance chômage (sauf changement lié à la nouvelle convention d'assurance chômage). Jusqu'au 1er juillet 2009, les cotisations salariales de retraite complémentaire Arrco et Agirc ne seront pas dues non plus. Mais à partir de cette date, et même si vous avez repris une activité professionnelle avant, les cotisations seront prélevées sur votre paye. Malgré tout, vous n'obtiendrez pas de nouveaux droits retraite (et vous ne pourrez pas prétendre au chômage).

Dure négociation de salaire ? Avec vos pensions en poche, vous risquez d'avoir moins de marge de manoeuvre pour négocier votre nouveau salaire. Votre employeur peut, en effet, être tenté de vous rappeler que vous n'êtes pas dans les difficultés et estimer que, contrairement aux actifs qui n'ont pas d'autres sources de revenus, vous pourriez vous contenter d'un salaire moins élevé.

Davantage d'impôts. Revers de la médaille ! Avec plus de revenus... vous devrez régler plus d'impôt sur le revenu. Vos pensions comme vos salaires seront imposables en tant que « Traitements et salaires ». Un argument pour répondre à ceux qui estiment la mesure immorale : les salaires repris serviront à une redistribution des richesses.

Penser à la retraite progressive

À 60 ans et avec 150 trimestres de cotisations à votre actif, vous pouvez travailler à temps partiel (à 80 % ou moins) et toucher une fraction de votre pension (30 % pour une activité à temps partiel à 80 %). L'avantage par rapport au cumul emploi-retraite est que les périodes accomplies pendant ce temps partiel (qu'il faut négocier avec l'employeur) compteront pour votre retraite définitive. Si vous êtes tenté par cette formule, ne tardez pas : le dispositif de retraite progressive joue les prolongations jusqu'au 31 décembre 2009, mais seul l'avenir dira s'il est maintenu au-delà, du moins en l'état !

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.