Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Crise et météo rendent les soldes incertains

Le Figaro26/06/2012 à 21:13
Les ventes d'habillement ont chuté de 4 % depuis janvier, accélérant la baisse enregistrée depuis 2008. Seul le soleil pourra sauver la saison.

Jamais démarrage des soldes n'a été attendu avec autant d'angoisse par les commerçants. À partir de mercredi matin, et pendant cinq semaines, ils espèrent écouler leur stock d'invendus, quitte à le vendre à perte, comme la loi les y autorise. Or la météo a été désastreuse au printemps, et la situation économique tendue a poussé les consommateurs à faire des arbitrages drastiques dans leurs dépenses. Alors que les prix des vêtements ont augmenté de 2 % en moyenne, les ventes ont baissé de 4 % depuis janvier. Une baisse supérieure à celle du début de la crise (- 3 % en 2008 et - 3,5 % en 2009), alors que le marché s'était un peu mieux porté ces deux dernières années: - 0,6 % seulement en 2010, et - 2,6 % en 2011.

Cette contre-performance fait craindre à certains une nouvelle baisse des ventes par rapport aux soldes d'été de l'an passé. En 2011, la période avait déjà été mauvaise, avec une chute de 6 %. Et en janvier, pour la première fois depuis de très nombreuses années, les ventes des soldes d'hiver (deux fois plus importantes que celles d'été) avaient stagné.

De nombreuses promotions

«Les détaillants avaient anticipé une année difficile à cause de la crise économique, reconnaît Jean-Marc Genis, président de la Fédération des enseignes de l'habillement,mais pas les effets climatiques.» Les commerçants avaient donc réduit leurs commandes en début de saisons pour ne pas se trouver avec trop de stocks. Mais, après un premier trimestre stable, ils ont dû faire face à un effondrement des ventes de 17 % en avril, à cause du mauvais temps. En mai, le marché a baissé de 4 %.

Les gérants ont donc organisé de nombreuses promotions ces dernières semaines, ce qui leur a permis d'arriver pour les soldes d'été «à des niveaux de stocks comparables à l'année dernière,» selon Jean-Marc Genis. Les détaillants n'ont donc pas de stocks démesurés pour les soldes et devraient proposer des rabais classiques de 30 à 40 % au démarrage. Pour autant, les promotions de ses dernières semaines risquent d'être dissuasives. Elles ont déjà permis aux consommateurs d'acheter des vêtements à bon prix et supprimé le traditionnel côté événementiel des soldes. «Trop de soldes tuent les soldes», dénonce Patrick Aboukrat, patron de 3 magasins indépendants Abou Dhabi Bazar, à Paris. «Ils faussent le marché.» Selon lui, les ventes privées sur Internet et les soldes flottants, mises en place en 2008, ne donnent «plus envie d'acheter aux consommateurs, car ils sont harcelés de promotions organisées par les chaînes et grands magasins».

Pour ne rien arranger, si le soleil ne s'installe pas au-dessus de l'Hexagone d'ici à samedi, les Français n'auront ni envie ni besoin d'acheter des vêtements d'été. En janvier, seul le temps très froid a sauvé les soldes d'hiver... Il faut espérer un coup de chaud ces prochains jours.

Le décrochage du crédit conso confirmé

Réforme des règles du jeu et panne de consommation se conjuguent pour peser sur l'activité de crédit aux particuliers, qui a accentué sa glissade le mois dernier. Selon les dernières statistiques de la profession, la production de prêts à la consommation a reculé en mai 2012 de 9,4 % sur un an. En rythme annuel cette production ressort à 36,6 milliards en chute de 18,6 %. Tous les segments sont affectés, qu'il s'agisse des crédits renouvelables et des prêts personnels, mais aussi des crédits automobiles (- 10 %). Seuls les prêts finançant des biens d'équipement du foyer résistent (- 1,1 %).

LIRE AUSSI:

» Voyagistes: réservations pour l'été en chute de 4,4 %

» Prévoir le (mauvais) temps, c'est gagner de l'argent

» Les prix baissent très légèrement en mai

» Mauvais printemps pour l'industrie française

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.