Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Crise : des malades se passent de médecins

Le Figaro08/02/2012 à 10:36
De plus en plus de Français recherchent un diagnostic sur Internet ou s'informent auprès de leurs pharmaciens. La hausse des prix des complémentaires santé risque d'accentuer cette tendance.

Crise oblige, les Français se serrent la ceinture. Et leurs arbitrages budgétaires touchent de plus en plus les dépenses de santé. Certains sont d'ailleurs prêts à se passer de médecins lorsqu'ils sont malades. Aujourd'hui, un tiers des Français utilisent Internet pour rechercher des informations médicales ou de santé, aussi bien pour eux-mêmes que pour leurs proches, selon une enquête ViaVoice pour le Groupe Pasteur Mutualité publiée la semaine dernière. «Les frais à débourser peuvent pousser certains patients à retarder une consultation et à attendre de voir si les symptômes persistent», explique le docteur Bruno Gaudeau, président de Groupe Pasteur Mutualité, groupe mutualiste d'assurances des professionnels de santé.

En cause, principalement: les tarifs des complémentaires santé. Depuis le 1er octobre, la taxe sur ces produits d'assurance est passée de 3,5% à 7%. Une hausse que les mutuelles disent être contraintes de répercuter sur les assurés. Selon elles, les primes des complémentaires santé devraient encore grimper de 4,7% en moyenne en 2012. Le déremboursement de nombreux médicaments pèse également sur le budget des Français. Même les génériques - ces médicaments meilleurs marchés que les produits de grandes marques - en ont souffert en 2011: 614 millions de boîtes ont été vendues, contre 630 millions en 2010, selon le Gemme, le syndicat des fabricants de génériques.

«Tout cela commence à faire cher», commente le docteur Bruno Gaudeau, qui s'attend à ce que cette mode de l'«autodiagnostic» s'accélère dans les prochaines années. Les sites de santé accessibles au grand public se multiplient et les médecins eux-mêmes investissent la Toile. Pour les guider dans cet univers, le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) a publié fin janvier un livre blanc. Toutefois, selon le président du Groupe Pasteur Mutualité, les internautes consultent majoritairement des forums, comme ceux des sites Doctissimo ou Au Féminin.com, où ils peuvent échanger avec d'autres internautes.

Crise de confiance dans le monde de la santé

Autre source d'information plébiscitée par les Français, les pharmaciens sont de plus en plus sollicités. «Les dépassements d'honoraires médicaux coûtent cher, ce qui pousse les patients à chercher des alternatives au parcours de soins classique», constate-t-on au sein de l'Ordre national des pharmaciens. Mais la crise économique n'explique pas tout. «Les Français reçoivent de plus en plus d'informations de médias divers et variés et ont besoin de faire le tri. C'est pourquoi ils demandent conseil à leurs pharmaciens.» Enfin, le monde de la santé traverse actuellement une sérieuse «crise de confiance» dans le sillage des scandales du Mediator ou des prothèses mammaires PIP. «Les consommateurs ont besoin d'être rassurés», confie l'Ordre national des pharmaciens. Or, selon une récente étude Ifop, 94% des Français disent avoir «tout à fait» ou «plutôt» confiance en leur pharmacien.

Le médecin généraliste n'est pas en reste, avec un taux de confiance de 97%. C'est pourquoi le docteur Bruno Gaudeau regarde l'avenir de la consultation médicale avec optimisme. «Si la recherche d'informations médicales sur Internet est devenue une pratique courante, 90% des internautes qui y ont recours le font en complément d'une consultation d'un professionnel de santé.»

VOS TÉMOIGNAGES - Pouvez-vous vous passer de l'avis d'un médecin? Les sites Internet communautaires relatifs à la santé vous sont-ils utiles? Faites-vous confiance à ces plateformes? Faites-nous part de votre expérience dans les commentaires ci-dessous ou par email à temoin@lefigaro.fr.

LIRE AUSSI:

» Les Français dépensent 2700 euros par an en soins

» Santé: un Français sur trois prêt à se passer d'assurance

» Santé: vers un système à deux vitesses?

» Les médecins s'invitent sur Internet

» Des dentistes low-cost tentent leur chance en France

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.