Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Crédit conso : le profil type de l'emprunteur en cinq chiffres

Le Figaro04/05/2015 à 17:37

INFOGRAPHIE - Après trois années de repli, le crédit à la consommation est reparti à la hausse l'an dernier. Près d'un emprunt sur deux est destiné à financer l'achat d'un véhicule. Le montant moyen d'un prêt frôle les 11.500 euros.

Le crédit à la consommation reprend des couleurs. Après trois années consécutives de baisse, la production de cette catégorie de prêts est repartie à la hausse l'an dernier (+1,2% en 2014 par rapport à 2013 à 35,4 milliards d'euros). Le courtier en ligne Meilleurtaux.com, qui dit recevoir «près de 100.000 demandes de financement en crédit à la consommation par an» a dressé le portrait type de l'emprunteur. «Nous observons un emprunt moyen légèrement supérieur à 11.000 euros, pour un emprunteur proche de la quarantaine, sur une durée moyenne de près de 4 ans avec une demande concentrée sur le financement d'automobiles», résume Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com, dans un communiqué.

Il s'agit du montant moyen du prêt. Un montant qui varie toutefois du simple au double selon le type de projet à financer. Il peut aller de 8400 euros pour couvrir des «besoins de trésorerie» à près de 15.000 euros pour des projets de travaux. Par exemple, les crédits contractés pour l'achat d'une voiture se situent autour de 12.800 euros et les prêts personnels affectés, c'est-à-dire des crédits liés à l'acquisition d'un bien ou d'un service spécifiques, autour de 8500 euros.

Près d'un crédit conso sur deux est destiné à financer l'achat d'un véhicule. Loin derrière le crédit auto, en seconde position, le besoin de renflouer sa trésorerie motive 20% des demandes de crédit. À noter qu'une grande majorité des demandeurs d'un crédit auto ou d'un crédit travaux est mariée ou en couple, d'après cette étude. En revanche, l'emprunteur est généralement célibataire ou divorcé lorsqu'il effectue une demande de trésorerie ou d'un prêt personnel affecté à l'achat d'un bien ou d'un service.

Si la durée moyenne d'un crédit à la consommation s'établit à 47 mois, les crédits pour les travaux ou les crédits auto s'étalent sur plus de 4 ans. Les prêts de trésorerie ou affectés restent sous la barre des 4 ans. «C'est évidemment lié à l'emprunt d'un montant supérieur pour ces projets qui nécessite une durée de remboursement plus longue afin de ne pas peser dans l'équilibre budgétaire des familles», explique Maël Bernier. L'emprunteur d'un crédit auto, par ailleurs, remboursera des mensualités plus élevées par rapport à ses revenus que l'emprunteur d'un crédit travaux . Le taux d'effort s'élève ainsi à 14% en moyenne pour un crédit travaux et 14,5 % pour un prêt personnel affecté, quand l'endettement moyen atteint 16% pour un crédit auto.

L'emprunteur-type est âgé de 38 ans. «Mais 7 ans séparent l'emprunteur d'un crédit auto de celui en crédit travaux à 36,7 ans pour le premier et 43,6 ans pour le second», d'après Meilleurtaux.com.

Il s'agit du revenu net mensuel du candidat au crédit conso, lorsqu'il emprunte seul. Ce revenu «correspond parfaitement à la norme française qui situe le revenu net médian à 1730 euros», relève Maël Bernier. D'après l'étude, «le plus “riche” est l'emprunteur pour un crédit travaux avec 2244 euros nets mensuels, et le plus “pauvre” est l'emprunteur d'un prêt personnel avec 1351 euros nets par mois». Pour un couple d'emprunteurs, le revenu net mensuel atteint 2259 euros.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.