Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Couronnes, bridges, soins dentaires... quels remboursements ?

Le Figaro26/04/2016 à 16:54

La Sécurité sociale n'a jamais été très généreuse pour rembourser les soins dentaires. A quelques exceptions près, la charge repose sur les mutuelles et les complémentaires santé.

L'Assurance maladie n'assure qu'un tout petit minimum en matière de soins dentaires : quelques soins courants à des tarifs limités et remboursés à 70%, et certaines prothèses indispensables. Tout le reste est laissé aux mutuelles. Pour les assurés ayant besoin de soins dentaires, le choix du meilleur contrat est donc crucial.

Quelle prise en charge par la Sécurité sociale?

Comme chez le généraliste, la consultation du dentiste est tarifée par la Sécurité sociale à 23 euros, et 28 euros s'il s'agit d'un médecin stomatologiste conventionné. Sur cette base, elle rembourse 70%, soit pour le patient 16,10 euros ou 18,60 euros, en déduisant la participation forfaitaire de 1 euro, qui ne s'applique qu'aux actes des médecins stomatologistes. Les dépassements d'honoraires ne sont donc pas remboursés.

Les soins dentaires de base sont aussi pris en charge : détartrage, caries, extraction, dévitalisation, avec pour chacun un tarif conventionné avant et après 13 ans, remboursé à 70%. Pour les couronnes et les prothèses, les honoraires sont libres. De son côté l'Assurance maladie fixe une base de remboursement très limitée, moins de 200 euros, puis applique son taux de 70%. Quant aux implants ils ne sont pas remboursés.

» lire aussi: INFO LE FIGARO - La charge «accablante» de la Cour des comptes contre les chirurgiens-dentistes

Quels remboursements des assurances santé?

On comprend mieux pourquoi la prise en charge des soins, prothèses et implants dentaires est l'un des principaux critères à examiner dans un contrat d'assurance complémentaire santé. En la matière il y a les trois mêmes catégories d'actes: les soins dentaires courants, les prothèses, les implants.

En général toutes les mutuelles remboursent les frais de soins courants, laissés à la charge des assurés par la Sécurités sociale. De ce côté, pas d'inquiétude.

Pour les prothèses et les couronnes, la question est plus épineuse. Il s'agit de savoir quel pourcentage la complémentaire santé propose d'appliquer à la Base de Remboursement (BR) de la Sécurité sociale: 100%, 150%, 200%, 500%. De plus existe-t-il un plafond annuel de dépenses? Les meilleures mutuelles sont celles qui proposent le meilleur pourcentage, sans plafond de dépenses annuelles.

La prise en charge des implants est, généralement, proposée par les mutuelles sous forme de forfait par dent, avec ou sans plafond. Le forfait le plus élevé et déplafonné représente donc la meilleure offre.

» lire aussi:Optimisez le remboursement de vos prothèses dentaires

Les possibilités de renfort sur le poste dentaire

Les contrats d'assurance «responsables» limitent leurs remboursements dentaires à 125% des tarifs de la Sécurité sociale. Pour les assurés, les frais dentaires à assumer seuls sont donc importants. Cependant, ils peuvent aujourd'hui souscrire une assurance dite «sur-complémentaire» pour renforcer certaines garanties, notamment celle des soins dentaire. A étudier de près avec votre assureur ou courtier...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.