Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Coup d'envoi des soldes d'hiver dans certains départements
information fournie par Le Figaro02/01/2019 à 09:40

Comme chaque année, le traditionnel rendez-vous est d'abord donné en Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle et dans les Vosges ainsi qu'en Guyane. Mais pour la grande majorité des autres départements, il faudra patienter jusqu'au mercredi 9 janvier.

Les adeptes de la mode et des soldes vont pouvoir s'adonner à leur loisir dès ce mercredi... du moins dans l'Est de la France. Les soldes d'hiver débutent en effet ce mercredi 2 janvier et se tiendront jusqu'au mardi 12 février 2019 en Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle et dans les Vosges ainsi qu'en Guyane. Ces dates coïncident avec celles mises en place dans les pays frontaliers de ces départements et notamment au Luxembourg, pour éviter une trop forte concurrence des pays voisins. Par ailleurs, les soldes d'hiver débuteront le samedi 5 janvier en Guadeloupe et se termineront le 15 février. À Saint-Pierre-et-Miquelon, le coup d'envoi sera donné le mercredi 16 janvier (jusqu'au 26 février) et ce sera même le samedi 4 mai à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin (jusqu'au 14 juin).

Pour la grande majorité des autres départements, il faudra patienter jusqu'au mercredi 9 janvier. Cette année encore, la période des soldes durera 6 semaines et se terminera donc le 19 février dans une grande partie de la France métropolitaine. La loi PACTE prévoyait de réduire la durée des soldes à quatre semaines dès l'édition de l'hiver 2019 pour revitaliser une opération en perte de vitesse depuis plusieurs années. Faute de temps, la mesure n'a finalement pas été mise en place.

» LIRE AUSSI - Pourquoi les soldes ne font plus recette en France

Un rendez-vous de moins en moins suivi

Il avait été également envisagé d'avancer la période de soldes. De fait, en raison de la forte perte de chiffres d'affaires des commerçants depuis le début du mouvement des «gilets jaunes», le président de la Confédération des commerçants de France, Francis Palombi, avait demandé d'avancer le début des promotions au 2 janvier. Toutefois, Bercy a souhaité ne pas modifier la date officielle de début des promotions. Les fédérations pointaient en effet les difficultés matérielles - voire l'impossibilité - d'être prêts le 2 janvier. D'autant qu'un grand nombre de commerçants recrutent du personnel intérimaire en période de soldes.

Difficile, pour l'heure, de prédire la réussite ou l'échec de ce traditionnel rendez-vous. Publiée en février, la dernière édition de l'enquête Soldes d'hiver réalisée par la Chambre de commerce et d'industrie d'Île-de-France révèle que 65% des commerçants parisiens se disent mécontents du résultat des soldes d'hiver 2018, une proportion plus marquée chez les indépendants que chez les enseignes qui profitent davantage de cette période. Les professionnels blâment en premier lieu l'essor d'internet et l'idée généralement admise que les prix seront moins chers en ligne, et plus des deux-tiers d'entre eux estime que les soldes ne sont plus un événement pour leurs clients. Une proportion similaire considère que la date des soldes est mal choisie et 55% pensent que la période de six semaines est trop longue. Les constats se répètent depuis plusieurs années, les propositions de réforme sont discutées mais elles restent dans les cartons.

0 commentaire

Annonces immobilières