Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Copropriété : les syndics de plus en plus décriés

Le Figaro10/11/2014 à 07:00

Seuls 39 % des copropriétaires sont satisfaits de leur syndic, selon une étude de la CLCV. La forte hausse des honoraires explique en partie ce désamour.

Les syndics de copropriété n'ont généralement pas bonne presse. Mais leur image s'est nettement dégradée ces derniers temps. Ainsi, seulement 39 % des copropriétaires se disent globalement satisfaits de leur syndic, selon une enquête réalisée par l'association de consommateurs CLCV en partenariat avec Notre Temps (1). Ils étaient 49 % il y a deux ans! Les propriétaires habitant un immeuble géré par un grand groupe sont les plus mécontents (33 % seulement de satisfaits). Les appréciations sont un peu plus favorables (42 % de satisfaits) lorsque le syndic appartient à un cabinet indépendant.

Comment expliquer un tel désamour? «Un très grand nombre de syndics ont profité du vote de la loi Alur pour fortement augmenter leurs honoraires. Dans certains cas, les hausses sont supérieures à 20 %», explique David Rodrigues, juriste à la CLCV et auteur de l'étude. À cause de ce texte, les syndics devront notamment ouvrir à partir du 24 mars 2015 un compte bancaire séparé au nom de chaque copropriété. Avec à la clé des frais supplémentaires. «Mais nombre d'entre eux ont déjà anticipé l'entrée en vigueur de cette mesure, en majorant leurs honoraires», précise David Rodrigues.

Votée en mars dernier, la loi sur le logement (Alur) modifie aussi de nombreuses règles de copropriété. Outre le compte séparé, le texte prévoit d'imposer un «contrat de syndic type» et de limiter le nombre de prestations exceptionnelles qui pourront être facturées. Ce qui devrait mettre fin à certains abus constatés ces dernières années. Toutefois, les décrets d'application détaillant ce que chaque contrat peut contenir tardent à voir le jour. Ils devraient être publiés «au plus tard» en janvier prochain, avance-t-on au ministère du Logement.

Manque de réactivité

Par ailleurs, la loi préconise qu'à l'avenir, le montant du budget prévisionnel de chaque copropriété soit décidé en concertation avec le conseil syndical et qu'un «fonds travaux» représentant 5 % du budget prévisionnel soit constitué à partir de 2017. En parallèle, les conseils syndicaux devront mettre en concurrence les syndics avant chaque renouvellement de contrat de syndic. Et une commission disciplinaire des professionnels de l'immobilier sera créée.

Ces réformes sont globalement appréciées par les copropriétaires, selon l'étude de la CLCV. «C'est surtout vrai pour les mesures concernant l'élaboration du budget avec le conseil syndical et la limitation des prestations exceptionnelles qui font l'unanimité (93 % les jugent importantes)», note l'étude. Cette nouvelle donne permettra-t-elle d'améliorer les relations souvent compliquées entre les syndics et les copropriétaires? C'est à espérer, même si aujourd'hui «on constate que c'est au niveau des relations humaines que les syndics sont les moins performants et les plus critiqués», explique David Rodrigues. Leur manque de réactivité lorsqu'ils sont sollicités arrive ainsi en tête des griefs que leur reprochent les copropriétaires.

(1) Enquête réalisée en octobre sur Internet auprès de 2197 personnes.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.