1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conséquence d'une nouvelle taxe, le prix des sodas pourrait augmenter
Le Figaro31/10/2017 à 20:23

La nouvelle mouture de la taxe soda a pour ambition d'encourager les industriels à baisser le taux de sucre dans leurs boissons sans peser dans le budget des ménages. Pourtant, selon le syndicat Boissons rafraîchissantes de France, la fiscalité des professionnels du secteur va fortement augmenter... et se répercuter sur les consommateurs.

Dans la nuit du jeudi 26 au vendredi 27 octobre, les députés ont voté, dans un large consensus, une modulation de la «taxe soda». Sous la houlette du député LREM de l'Isère Olivier Véran, rapporteur général de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale ayant rédigé le nouveau texte, les boissons les plus sucrées seront, dès 2019, davantage taxées afin, selon lui, de mieux lutter contre l'obésité. La taxation se déclenchera à partir de 1 gramme de sucre pour 100 ml et progressera jusqu'à une vingtaine d'euros par hectolitre pour un produit dépassant 11 grammes de sucres ajoutés pour 100 ml. La fiscalité des eaux aromatisées sera elle allégée.

Une hausse de 72% de la fiscalité des industriels

Les industriels du secteur, représentés par Boissons rafraîchissantes de France et sa nouvelle directrice générale Agathe Cury, ne voient pas les choses d'un bon œil. Et pour cause, en 2012 deux taxes ont été instaurées, une sur les boissons sucrées de 7,53 euros par hectolitre et une autre d'exactement le même montant sur les boissons édulcorées, les industriels choisissant de réduire le taux de sucre de leurs boissons en rajoutant de l'édulcorant ne payait qu'une des deux taxes, désormais, selon Agathe Cury, «il faudra payer les deux taxes pour une seule et même boisson», celle sur les produits édulcorés sera toutefois réduite à 3,5 euros par hectolitre. Les produits sans sucres et très peu sucrés resteront également taxés. Une triple peine pour les industriels.

» LIRE AUSSI - Les députés ont adopté le budget de la Sécurité sociale

Toujours selon la directrice générale de Boissons rafraîchissantes de France, le rapporteur Olivier Véran, qui s'est fixé comme objectif de ne pas «peser dans le budget des ménages mais d'encourager les industriels à reformuler et à baisser le taux de sucre dans leurs boissons», ne dispose pas des éléments suffisants pour faire les bons calculs. Pour le syndicat, seuls les industriels du secteur ont les données nécessaires pour réaliser un chiffrage précis et celui-ci n'est pas pour les satisfaire. Selon eux, cette nouvelle mouture de la taxe soda va entraîner une hausse de 72% de leur fiscalité.

Des répercussions sur le consommateur

Malgré la volonté affichée d'Olivier Véran de ne pas «peser dans le budget des ménages», les consommateurs risquent pourtant fortement d'être directement impactés. «Aujourd'hui les marges sont très faibles sur nos produits qui sont très souvent des produits d'appel, explique Agathe Cury, de plus baisser la teneur en sucre coûte déjà très cher en R&D, alors cette nouvelle mouture de la taxe va rogner encore plus les marges et les industriels ne pourront pas absorber seuls cette augmentation». Comprendre: les prix des sodas pourraient bien augmenter.

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • remimar3
    01 novembre20:06

    A ce régime là on va aussi taxer les tablettes et les smartphone, responsable de l'obésité des ados qui passent des heures devant leur écran.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer