Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Confinement : Même si votre voiture ne roule pas, il est quasiment impossible de suspendre votre assurance auto
information fournie par Boursorama avec Newsgene24/03/2020 à 15:44

Confinement : Même si votre voiture ne roule pas, il est quasiment impossible de suspendre votre assurance auto

Confinement : Même si votre voiture ne roule pas, il est quasiment impossible de suspendre votre assurance auto

Nombreux sont les conducteurs qui n'apprécient pas de payer l'assurance d'un véhicule qui ne roule pas en cette période de confinement. L'envie de suspendre le paiement des mensualités est grande, mais la démarche est quasiment impossible. Une couverture minimale est obligatoire, même sans circuler.

La période de confinement due à l'épidémie de Covid-19 entraîne une baisse drastique de l'utilisation des véhicules. Certains propriétaires de voitures ou deux-roues à l'arrêt forcé aimeraient interrompre leur assurance jusqu'à la fin de la crise sanitaire. Ils ont en effet le sentiment de la payer pour rien. « Il est interdit pour un véhicule de ne pas être assuré » , rappelle cependant à Capital le président d'Hyperassur Julien Fillaud.

Des sinistres même sans rouler

Le risque d'accident d'un véhicule qui ne circule pas est évidemment bien moindre, mais des sinistres peuvent malgré tout se produire. « Les contrats peuvent contenir les garanties de vols et d’incendies , explique le dirigeant. L’assureur se charge donc de rembourser le conducteur si le véhicule est endommagé, même à l’arrêt » . Même en tenant compte de ce type d'incident, les professionnels de l'assurance vont débourser beaucoup moins d'argent qu'avant le confinement.

« Le bris de glace, qui est la première cause de sinistres, va donc se raréfier et faire chuter les montant à rembourser aux conducteurs » , analyse ainsi Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du cabinet Facts & Figures. Le phénomène pourrait être d'autant plus marqué que les mois de mars et avril sont traditionnellement propices aux accidents. Certains assureurs seraient susceptibles de répercuter ces gains sur leurs clients l'année prochaine en réduisant les mensualités des contrats.

Une interruption quasi-impossible

En attendant, les assurés qui voudraient dès maintenant suspendre leurs paiements pour cause d'inactivité vont avoir du mal à obtenir satisfaction. « 99% des contrats ne prévoient aucune disposition pour suspendre le paiement des échéances » , indique auprès de Capital Cyrille Chartier-Kastler. Quant à ceux qui permettent une interruption, ils sont nombreux à être calculés sur une base annuelle. Les souscripteurs peuvent alors au mieux attendre un remboursement à la fin de la période.

Les conducteurs ont cependant la possibilité de diminuer le degré de couverture de leur assurance si celle-ci le permet. En optant pour une formule offrant seulement la prise en charge de la responsabilité civile, seule protection obligatoire, ils peuvent voir leurs mensualités baisser. Les souscripteurs de contrats prévoyant dès le début une prise en compte des kilomètres parcourus dans le calcul des sommes à régler seront les grands gagnants. Ils n'auront en effet à s'acquitter que de la part fixe de leurs mensualités.

7 commentaires

  • 25 mars07:37

    Même u' fauteuil roulant motorisé doit faire l'objet d'une assurance spécifique en RC des lors qu'il va dans l'espace public...


Annonces immobilières