Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Condamné pour avoir refusé de louer un appartement à un homme

Le Figaro27/03/2015 à 20:19

Un locataire français a fait condamner une agence immobilière par la justice belge. Elle était coupable d'appliquer à la lettre les consignes du propriétaire qui ne voulait que des filles dans ses chambres d'étudiants.

Une fois n'est pas coutume, c'est un homme qui est victime de discrimination liée au sexe. Ce doctorant français était à la recherche d'une chambre à louer à Bruges, à l'été 2012. Après avoir visité un logement, il avait signalé son intérêt à l'agence immobilière chargée de la gestion du bien. Mais cette dernière lui a clairement fait comprendre qu'il n'avait aucune chance.

Selon le quotidien belge, Le Soir, qui rapporte l'affaire, l'agent immobilier aurait expliqué à l'étudiant: «Le propriétaire a décidé de ne pas vous louer la chambre d'étudiant parce qu'il veut des filles dans tout le bâtiment. Il serait étrange de n'avoir que des filles dans l'immeuble, et puis un homme de 32 ans. J'espère que vous le comprendrez.»

Premier jugement pour discrimination sexuelle

Une attitude que le tribunal de Bruges, lui, n'a pas voulu comprendre en condamnant l'agence immobilière fautive à un dédommagement de 500 euros pour le plaignant. Il avait été saisi de l'affaire par l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes, l'institution belge vers laquelle le Français discriminé s'était tourné. L'affaire avait été tranchée en novembre dernier mais n'a été rendue publique que jeudi par l'Institut afin d'attendre que tous les délais de recours soient arrivés à terme. «Le fait qu'il s'agisse du premier jugement judiciaire sur une discrimination sexuelle concernant des biens ou des services est très important pour nous», commente l'institut.

Ce genre de pratiques ont-elle cours en France? «Chez nous, il n'y a pas de débat, nous refusons ce genre de débat, explique Laurent Vimont, président du réseau d'agences Century 21. Il est hors de question de céder à des demandes sur le sexe ou l'origine d'un locataire. D'ailleurs, nous nous exposerions à un risque énorme de contentieux.» Selon lui, ce phénomène serait marginal et concernerait «plutôt le marché gris de particulier à particulier».

Il n'en reste pas moins que le Défenseur des droits, l'organisme qui permet de lutter en France contre ce genre de discriminations, prend la question au sérieux. Il édite notamment un guide à destination des propriétaires et des professionnels de l'immobilier, baptisé «Louer sans discriminer». Il a par ailleurs participé avec l'Institut national de la consommation à une opération de «testing» menée fin 2013 auprès de 150 agences. Il en résultait que selon l'âge, l'origine ou l'état de santé, les différents candidats étaient plus ou moins bien reçus et on ne leur demandait pas toujours les même pièces pour constituer leur dossier.

Spécifiquement sur la question de la discrimination liée au sexe, le Défenseur rapporte un cas très similaire à ce qui s'est passé en Belgique. Là aussi, le propriétaire souhaitait ne louer qu'à des femmes mais évoque, plus subtilement, des problèmes de solvabilité du locataire masculin. L'affaire se règle finalement après intervention de l'organisme.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.