Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Complémentaire santé : les assureurs en émoi

Le Figaro05/03/2013 à 19:38
L'avant-projet de loi sur la sécurisation de l'emploi, présenté mercredi en Conseil des ministres, bouleverserait profondément leur activité.

Les assureurs ne veulent pas s'avouer battu. Mais ils tempêtent. S'il est adopté tel quel, le projet de loi, présenté mercredi en Conseil des ministres, va profondément bouleverser leur activité en complémentaire santé. Un marché en pleine expansion dont le chiffre d'affaires a dépassé les 30 milliards d'euros à fin 2011. Le texte défendu par le ministre du Travail, Michel Sapin, prévoit que l'ensemble des salariés français bénéficie d'une couverture santé d'entreprise d'ici à 2016.

Les 3,5 à 4 millions de salariés, essentiellement des PME et TPE, assurés aujourd'hui par des contrats individuels, vont donc migrer peu à peu vers des contrats de santé collectif. Un mouvement terrifiant pour les spécialistes de l'assurance individuelle: mutuelles dédiées, bancassureurs, assureurs étrangers, courtiers en santé... Ils sont menacés de se trouver confinés aux profils d'assurés les moins solvables: retraités, étudiants, personnes sans activité...

Initialement pourtant, l'accord de janvier prévoyait une belle compensation pour ces acteurs: la suppression des clauses de désignation. Ces clauses lient des branches professionnelles comme l'hôtellerie, la boulangerie ou les transports, à un organisme d'assurance particulier. Pour chaque secteur d'activité, l'institution est désignée par les partenaires sociaux. Bien logiquement, ce sont les institutions de prévoyance (AG2R La Mondiale, Malakoff Mederic, Klesia...), gérées elles-mêmes par des partenaires sociaux, qui emportent la quasi-majorité des contrats.

Suppressions d'emploi

La suppression de ces clauses de désignation aurait rabattu les cartes et élargi la concurrence ; chaque entreprise se retrouvant libre de désigner son assureur. Une perspective dangereuse pour les institutions de prévoyance, qui ont habilement défendu leur terrain.

La loi arrive à l'Assemblée générale en avril, puis au Sénat. Les mutuelles, courtiers et agents espèrent faire pression d'ici là sur les parlementaires pour revenir au texte initial. Ils les ont bien sûr informé des menaces sur l'emploi en région. La Chambre syndicale des courtiers en assurance (CSCA) évoque 10.000 suppressions d'emploi potentielles .

Lors de la présentation de ses résultats, Thierry Martel, le directeur général de Groupama, avait de son côté brandi la menace de l'inconstitutionnalité d'un maintien de la désignation. Pour lui, les clauses sont souvent exercées «sans contrepartie justifiée, nécessaire et proportionnée». En parallèle, l'association pour la promotion de l'assurance collective (Apac), dans le giron du courtage a saisi l'Autorité de la concurrence sur cette question.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.