Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Comment réduire son ISF ?

Boursorama avec Pratique.fr10/09/2015 à 15:33

Pour réduire son imposition due à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), il est nécessaire de jouer sur l'interprétation de votre patrimoine. Pour cela, vous devez remplir votre déclaration en sachant parfaitement ce que vous faites.

Réduire son ISF

La méthode à privilégier : les réductions d'impôt

Les experts recommandent souvent de jouer la carte des réductions d'impôt pour contourner la perte du bouclier de l'ISF, qui est devenu moins généreux ces dernières années.

Ces réductions peuvent prendre diverses formes, notamment celle des dons et investissements :

  • Investissements en faveur des économies d'énergie ;
  • Investissements en faveur de la recherche et du développement ;
  • Dons pour l'insertion de personnes en difficultés ;
  • Dons aux associations humanitaires reconnues d'utilité publique : Restos du cœur, Croix Rouge…
C'est un levier important, bien que plafonné dans la plupart des cas : il est possible de verser ainsi jusqu'à 50 000 € chaque année, avec un taux de réduction d'impôt qui peut atteindre les 75 %.

Outre les dons et investissements de toutes sortes, l'achat de certains biens dispose d'une exonération complète de l'ISF. Ainsi, ne sont pas comptabilisés dans votre patrimoine :
  • Une voiture de collection ;
  • L'achat d'œuvres d'art ou d'antiquités pour votre résidence principale ;
  • La détention de biens professionnels.
Sachez enfin que certaines réductions peuvent se cumuler sous conditions. Souvenez-vous que l'ISF s'appuie sur la valeur de votre patrimoine au 1er janvier. La fin de l'année est donc le bon moment pour prendre des décisions sur ce qu'il va falloir acheter ou vendre. Attention cependant : certains biens, comme les groupements fonciers ou forestiers, doivent être possédés depuis deux ans pour disposer de l'exonération.

Une autre stratégie gagnante : le démembrement

D'autres personnes susceptibles de payer l'ISF pratiquent ce que les experts nomment le « démembrement de propriété ». Il s'agit en réalité de céder à ses enfants l'usufruit d'un bien, et cela pendant une durée plus ou moins longue.

Pour les enfants, ce patrimoine permet de disposer d'une source de revenus, qui est souvent bienvenue en cas de longues études ou de loyers à payer.

De leur côté, les parents ne disposent plus que de la propriété en elle-même, sans les revenus qu'elle constitue. Du coup, ce patrimoine n'est plus soumis à l'ISF. Dans le même temps, le revenu n'étant plus perçu par les parents, ceux-ci peuvent le retirer de leur propre impôt sur le revenu.

Notez que dans une certaine mesure, les personnes disposant d'un patrimoine important peuvent, de la même manière, faire bénéficier une personne morale : associations, entreprises… Mais les biens ainsi prêtés doivent pouvoir participer aux objectifs de la personne morale en question. D'autre part, cet usufruit doit être établi pour une durée minimum (3 ans en général).

Trucs et astuces

Si vous faites partie de l'une des deux premières tranches de l'ISF (patrimoine taxable inférieur à 2 570 000 euros), vous n'avez pas besoin de remplir une déclaration spécifique. Vous aurez seulement à en indiquer le montant total sur votre fiche d'impôt sur le revenu.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.