1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Comment profiter des taux bas: les Français ont chacun leur stratégie
Le Figaro14/10/2019 à 06:00

Comment profiter des taux bas: les Français ont chacun leur stratégie (Crédits photo : Adobe Stock - )

Acheter maintenant ou plus tard un logement? Pour l'occuper ou le louer? Selon leur profil, les Français adoptent des stratégies bien différentes pour profiter des conditions exceptionnelles d'emprunt.

32 ans! C'est l'âge moyen auquel les Français deviennent propriétaire pour la première fois. Ce chiffre est en baisse de trois ans depuis 2016, selon un sondage de Harris Interactive pour les notaires de France. Un recul dû essentiellement à la forte baisse des taux d'emprunt pour acquérir un logement. En quatre ans, ils sont passés de 2,25% à 1,17%, toutes durées confondues, selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA. Soit une économie de plusieurs dizaines d'euros sur les sommes à rembourser chaque mois. Une situation exceptionnelle qui profite différemment aux Français, selon leur profil.

Harris Interactive en a identifié cinq: l'achat «difficile» (ou inabordable), l'achat «aboutissement», l'achat «horizon», l'achat «projet familial» et l'achat «investissement raisonnable». Voici à quels types d'acheteurs ils correspondent.

o L'achat «difficile» (ou «inabordable»): 26% des Français - Budget d'acquisition (médian): 139.800 euros

Comme son nom l'indique, ce type d'achat se fait dans la douleur voire demeure inaccessible pour un gros quart des Français (26%). Parmi eux, moins d'un sur deux (47%) a réussi à accéder à la propriété mais plus tardivement que la moyenne des acquéreurs: 35 ans contre 32 ans. En revanche, ils sont plus de quatre sur dix (44%) à être restés locataires, faute de moyens.

Pour la plupart, ils sont mariés, âgés de plus de 55 ans, ont acheté des maisons dans des villes de moins de 2000 habitants et disposent de revenus mensuels inférieurs à 2300 euros. «Ce sont des personnes qui se sentent exclues de la dynamique d'achat immobilier car ils ont des difficultés à dégager des apports importants. Dès lors, ce groupe est peu mobile», explique Delphine Martelli-Banegas, directrice du département corporate de Harris Interactive. Leur pouvoir d'achat est à ce point important pour eux qu'ils accordent une part prépondérante au coût de la vie dans le choix de leur logement.

o L'achat «aboutissement»: 24% des Français - Budget d'acquisition: 159.000 euros

Autre profil assez âgé (51% ont plus de 55 ans), ce groupe est également peu mobile mais pour des raisons bien différentes: ils sont satisfaits de leur parcours immobilier. La quasi-totalité d'entre eux (97%) sont des propriétaires et estiment qu'il n'est jamais trop tôt pour songer à acquérir un logement. «Pour eux, il est important et surtout rassurant d'être propriétaire avant la retraite, analyse Delphine Martelli-Banegas.

Ces acheteurs au profil similaire au groupe précédent (mariés, ayant acheté en majorité des maisons dans des villes de moins de 2000 habitants), ont des revenus supérieurs à 2300 euros par mois. Dès lors, ils disposent d'un budget (médian) supérieur (159.000 euros) et ont changé de logement pour accéder à la propriété mais aussi pour avoir un bien plus grand et une meilleure qualité de vie.

o L'achat «horizon»: 21% des Français - Budget d'acquisition: 259.100 euros

Place aux jeunes désormais avec ce groupe dont 45% des membres ont moins de 35 ans. Plus de la moitié d'entre eux (52%) sont locataires mais plus d'un sur deux espèrent devenir propriétaire dès que l'opportunité se présentera. Pour eux, cette situation de locataire est subie parce qu'ils n'ont pas encore les moyens d'acheter un logement. «Ces jeunes sont sûrs de leur projet, commente Delphine Martelli-Banegas. Ils choisissent leur logement avec des critères bien précis notamment de proximité au travail ou aux transports». Fait notable: ils ne sont que 62% à se dire bien informés. «Beaucoup s'informent par eux-mêmes notamment sur Internet», précise-t-elle.

Grâce à une situation professionnelle stable et des revenus élevés, ils disposent d'un budget conséquent (plus de 259.000 euros) pour concrétiser leur projet. La quasi-totalité des acheteurs acquièrent des appartements dans des grandes métropoles et sont célibataires (72%). «Parmi les autres, il y a de plus en plus de pacsés», a noté Me Thierry Thomas, président de l'Institut notarial de droit immobilier.

o L'achat «projet familial»: 16% des Français - Budget d'acquisition: 172.700 euros

Après les profils jeunes et plus âgés, en voilà un autre plus atypique: des acheteurs en majorité féminins (68%). «Leur parcours est haché car très lié au changement de vie (séparation, naissance d'un enfant, rapprochement avec d'autres membres de la famille...). Elles sont mobiles mais au sens contraint du terme», détaille Delphine Martelli-Banegas. Ces femmes, mariées pour la plupart (55%), sont à 51% locataires. Une situation liée à un manque de moyens mais aussi à un manque de stabilité tant personnelle que professionnelle. Pour choisir leur logement, elles vont mettre en avant la taille (pour la famille) ou encore la proximité avec les établissements scolaires. Deux raisons les ont encouragées à acheter un logement (essentiellement une maison): être dans leurs murs et transmettre ce bien à leurs enfants.

o L'achat «raisonnable»: 13% des Français - Budget d'acquisition: 168.100 euros

Pour finir, les investisseurs. D'un profil plutôt jeune (52% ont moins de 35 ans), ils sont propriétaires à 67%. En moyenne, ils ont réalisé leur premier achat à 28 ans (!) et ont même, pour certains, déjà revendu un bien pour faire une plus-value. Ces Français en majorité célibataires (68%) sont enthousiastes à l'idée de devenir propriétaire. Mais à ce sentiment se mêle également une double angoisse: l'une liée à l'achat - ils veulent réaliser une bonne affaire pour se mettre à l'abri - et l'autre, à leur vie sociale. «Acheter un logement est une nécessité pour eux et un signe de réussite sociale», explique Delphine Martelli-Banegas. Plus de sept sur dix estiment qu'on a raté sa vie si on ne devient pas propriétaire.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer