Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Comment financer les funérailles d'un proche ?

Le Figaro26/10/2016 à 17:45

Avec ou sans contrat obsèques, organiser les funérailles d'un proche est toujours un moment difficile. Notamment parce qu'il s'agit de parler d'argent en famille, lors d'une période d'avantage tournée vers le recueillement.

Entre frais de sépulture, frais d'obsèques ou achats divers, les funérailles représentent toujours un coût important. Alors pour éviter toute forme d'ennuis financiers qui peuvent parfois être encore plus douloureuses les familles, mieux vaut anticiper du mieux que l'on peut.

En vertu de l'obligation alimentaire imposée par la loi aux ascendants et descendants entre eux, les enfants, petits-enfants ou même parents d'un défunt sont tenus de financer ses obsèques. Et cela, y compris s'ils refusent sa succession. Chacun assumera la charge en fonction de ses ressources et sous réserve que la dépense ne soit pas excessive. Ainsi, on ne peut imposer à un proche de participer au financement pour élever un monument funéraire, une pierre tombale grandiose…

A noter

Ceux qui assument cette charge financière ont le droit de déduire ces frais de leur revenu imposable.

Le financement par le défunt lui-même

Lorsque le patrimoine du défunt est suffisant, les frais d'obsèques peuvent être prélevés sur ses comptes bancaires créditeurs. Un décret fixe ainsi le plafond de ce prélèvement à 5 000 €. La banque n'a pas le doit de le refuser, même si les comptes du défunt sont bloqués au jour de son décès.

Et dans ce cas, la somme peut être versée directement à l'entreprise de pompes funèbres. Le reste doit être financé par la famille.

Le financement par un contrat obsèques

Le principe du contrat obsèques est de permettre à son souscripteur de régler ces questions financières avant son décès. Et s'il le souhaite, d'organiser lui-même ses funérailles. Ce type de contrat peut se souscrire le plus souvent jusqu'à 75 ans. Il n'y a pas de questionnaire médical.

Attention, le décès n'est pas couvert lors des 2 premières années de souscription. Les modalités de cotisations sont libres: au mois, à l'année ou même en une seule fois.

Pour choisir la meilleure formule, demandez des devis, comparez les offres entre elles: prix, prestations, délais de carence. Sans oublier les frais de dossier.

Les aides financières

Le financement des obsèques peut être, en partie, réalisée grâce à l'aide de certains organismes sociaux. À commencer par la sécurité sociale, les caisses de retraite du défunt, sa mutuelle ou même les compagnies d'assurances. En effet, si le défunt était salarié son employeur a pu souscrire un contrat complémentaire auprès d'un organisme de prévoyance, prévoyant le versement d'un capital aux proches. Autant d'aides qui peuvent, elles, représenter des allié dans ces situations compliquées. Il faut contacter chacun de ces organismes pour espérer le versement de l'aide qui intervient… après les obsèques. Il faudra donc impérativement faire l'avance des frais.

Lorsque le défunt est sans ressources suffisantes et que la famille n'est pas, non plus, solvable, les frais d'obsèques sont entièrement pris en charge par la commune, sans distinction de culte ni de croyance.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.