1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Comment faire baisser vos charges de copropriété ?
Le Figaro07/10/2017 à 07:00

FOCUS - Malgré la hausse des charges de copropriété, vous pouvez les faire baisser sans forcément renoncer à des services ou garanties essentiels. Le Figaro vous explique comment.

Vos charges de copropriété ont augmenté de 3,9% en 2016, selon l'Observatoire de l'Association des responsables de copropriété (ARC). Vous payez, en moyenne 48,8 euros par an et par mètre carré, si vous êtes en Ile-de-France, et 33,6 euros par an/m², si vous êtes en Provence-Alpes-Côte d'Azur. C'est une hausse énorme, comparée à la progression de 0,7% enregistrée en 2015, et à la baisse de 4,9% en 2014. Mais ce n'est pas pour autant une fatalité. Il est toujours possible de faire baisser vos charges sans forcément renoncer à des services ou garanties essentiels. Même si cette tâche incombe en premier lieu aux copropriétaires membres du conseil syndical, à qui l'assemblée générale confie la surveillance des dépenses, tous les propriétaires doivent se sentir concernés et disposent, ne serait-ce que par leur vote, d'un vrai pouvoir.

» Lire aussi - À Paris, les copropriétaires paient en moyenne 2021 euros de charges par an

1. Quels sont les leviers pour diminuer le poste chauffage?

Le chauffage est le premier poste de dépense en copropriété selon l'observatoire de l'ARC, il représente, en moyenne, 28 % de l'ensemble des charges annuelles. Pour réduire cette facture, il existe plusieurs solutions.

- Remettez en concurrence le contrat de fourniture, notamment si vous êtes chauffé au gaz. Cette renégociation peut être engagée en lançant un appel d'offres auprès de l'ensemble des fournisseurs, y compris le vôtre. Agissez quelques mois avant l'échéance de votre contrat actuel, afin de ne pas repartir sur les tarifs actuels pour un à trois ans.

- Optimisez les dates d'ouverture et d'extinction, afin que la chaufferie ne fonctionne que lorsque c'est vraiment utile. En retardant d'une ou deux semaines la mise en marche et en l'arrêtant une ou deux semaines plus tôt, vous réduirez vos dépenses de 8 à 16 %.

- Diminuez légèrement le niveau de chauffe. En réduisant la température de 1 degré seulement, vous économisez 7 % de combustible.

- Entretenez correctement le réseau de chauffage, en effectuant, par exemple, un désembouage, peu coûteux, qui réduira les consommations ultérieures en améliorant le débit de l'eau. Cette opération doit être réalisée tous les dix ans.

- Équilibrez le réseau de chauffage dans les grandes copropriétés dont les appartements ont des expositions différentes et profitent plus ou moins bien des apports solaires. Un équilibrage du réseau permet de mieux doser le débit d'eau chaude envoyé dans les colonnes pour mieux chauffer les appartements situés sur les façades les plus froides.

» Lire aussi - Sept conseils pour réduire ses charges de copropriété

2. Peut-on faire le tri dans ses contrats d'entretien?

Souvent composé de multiples petites interventions, le poste d'entretien finit par peser lourd dans les charges, puisqu'il arrive en troisième place des dépenses importantes selon l'ARC. Une autre étude, celle de Nexity, positionne même en premier poste de dépenses la maintenance et le dépannage. L'entretien est pourtant l'un des postes où il est le plus facile de gagner de l'argent. «Certains contrats d'entretien peuvent s'avérer inutiles et sont facilement remplaçables par des interventions ponctuelles payées à la prestation. C'était le cas dans notre copropriété pour un contrat de recherche de termites qui nous coûtait 250 euros par an, alors que nous payons désormais 150 euros tous les deux ans pour la même prestation», explique Jean-Pierre Hochart, président du conseil syndical d'une copropriété parisienne.

La mise en concurrence de vos prestataires peut être l'occasion d'obtenir une réduction - les prix ont souvent dérivé au fil du temps en raison d'indexations bien supérieures à l'inflation -, ou d'inclure des prestations supplémentaires.

3. Est-il opportun de réduire le poste de gardiennage?

C'est le deuxième poste de dépense. Il coûte, en moyenne, 9,28 € par an/m2. Pour juger du potentiel de diminution possible sur ce poste, deux chiffres sont à retenir: on considère qu'il faut un poste de gardien pour 80 à 100 lots et que, en dessous de 50 lots, l'embauche d'un salarié n'est pas indispensable, car les missions peuvent être réalisées par des employés d'immeubles en sous-traitance.

Reste à saisir l'opportunité d'adapter ce poste: sauf accord exceptionnel du gardien en place pour réduire son périmètre d'action et son salaire, il faut s'en occuper lors d'une vacance de poste, après un départ, un licenciement ou un départ en retraite. Pensez au préalable à faire modifier le règlement intérieur de la copropriété lors d'une assemblée générale, car il détermine généralement le nombre et la nature des postes à pourvoir.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • md24750
    08 octobre11:32

    de la poudre aux yeux et irréalisable, car quelle est la copropriété qui vote pour le bien de TOUS ? Aucune à ma connaissance. Les rivalités jouant fort bien leur rôle et le syndic en sort à tous les coups GAGNANT.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer