Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Comment Amedy Coulibaly a contracté un crédit pour financer ses actes

Le Figaro16/01/2015 à 16:10

Amedy Coulibaly, le responsable de l'attaque du supermarché casher porte de Vincennes, avait souscrit en décembre un crédit à la consommation pour financer les attentats. Une intention quasiment indétectable en amont.

Le 4 décembre dernier, Amedy Coulibaly, responsable de la mort d'une policière à Montrouge et de quatre personnes dans un supermarché casher à Vincennes, a souscrit un crédit de 6000 euros auprès de l'organisme de crédit Cofidis, comme l'a révélé le quotidien La Voix du Nord .Une vidéo posthume publiée sur Internet dimanche, où Amedy Coulibaly explique avoir donné «quelques milliers d'euros» à un des frères Kouachi «pour qu'il finisse à boucler ce qu'il avait à acheter», semble attester que les fonds empruntés ont été utilisés pour financer les attentats de la semaine dernière contre le siège du journal Charlie Hebdo et la prise d'otage de la porte de Vincennes.

Le fait qu'un simple crédit à la consommation puisse être utilisé pour financer des actes terroristes pose la question de la responsabilité. Interrogé par La Voix du Nord, Gilles Sauret, directeur général de Cofidis France, a expliqué que les sommes avancées correspondent à un «emprunt de moyenne gamme, souvent utilisé pour l'amélioration de l'habitat» et qu'il n'y a pas, dans un tel cas, «d'obligation légale à justifier de l'objet des dépenses». Ce que confirme Elsa Raitberger, avocate au barreau de Paris en droit de la consommation. «L'organisme doit évidemment poser des questions sur l'objet du prêt. Mais le client peut aussi lui mentir. Ce que les banques doivent faire c'est vérifier que le projet du client est compatible avec la somme empruntée. Si la personne demande un crédit de 3000 euros et dit que c'est en vue de refaire son toit, elle doit s'interroger», explique-t-elle.

Un devoir de vérification minimum

Ce qui est en revanche exigé des établissements de crédit, selon l'avocate, c'est une certaine vigilance vis-à-vis des pièces justificatives remises par l'emprunteur. D'après La Voix du Nord, Amedy Coulibaly a présenté entre autres, des fiches de paie et un avis d'imposition à l'appui de sa demande. Or les journalistes ont pu vérifier que le numéro de l'employeur «n'est pas attribué». «Là encore, l'organisme de crédit se doit de vérifier un minimum les pièces fournies car la fourniture de faux est un délit, et la sanction est encore plus forte quand la falsification concerne des documents comme par exemple des avis d'imposition», affirme Elsa Raitberger.

Elle ajoute cependant qu'on ne peut techniquement pas exiger des banques de tout vérifier. «Un établissement de crédit n'est pas un juge, il n'a pas de pouvoir de police. Mais il y a parfois des indices: une fiche de paie qui ne mentionne pas la bonne convention collective, ou un salaire qui ne correspond pas à la fonction», souligne-t-elle. Ce qui, selon elle, aurait peut être dû alerter le commercial en l'occurrence, c'est la souscription par Amedy Coulibaly, d'une assurance décès pour un crédit d'une courte durée (60 mois). Pas de quoi cependant inquiéter Cofidis. «Pour que l'établissement de crédit soit mis en cause, il faudrait qu'il existe une faute flagrante», assure-t-elle.

Quant au remboursement du prêt, dont la première mensualité aurait été prélevée le 5 janvier, soit deux jours avant l'attentat, il pourrait incomber aux héritiers du preneur d'otage car «il serait surprenant que ce type de décès soit prévu dans les clauses de l'assureur», précise l'avocate.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.