Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Combien gagnent les architectes ?

Le Figaro03/10/2016 à 18:09

LE SALAIRE DE LA PIERRE - Créativité et maîtrise technique, voici les maîtres mots de ces architectes, experts de la construction. Mais combien gagnent-ils ? La réponse dans ce troisième volet d’une série d’enquêtes sur les salaires des métiers de l’immobilier.

«Créateur», «moderne» et «rigoureux», tels sont les qualités récurrentes que les Français attribuent aujourd’hui spontanément aux architectes. Et pour cause, la mission de ces professionnels est complexe. De la conception à la réalisation des travaux, les architectes travaillent en tant que maîtres d’ouvrage pour tout type de projets (logements individuels ou collectifs, bâtiments privés ou publics, ...), avec la contrainte omniprésente des budgets et règles d’urbanisme à respecter.

Aujourd’hui, quelque 29 688 architectes sont agréés en France par l’Ordre des architectes, avec un nombre équivalent de professionnels qui exerce cette profession dans des cabinets d’architecture sans être inscrits à ce registre. Alors comment et combien les architectes sont-ils rémunérés?

De 500 à 8000 euros par mois, un revenu moyen peu représentatif pour de grands écarts

Réglementée par la loi Architecture du 3 janvier 1977, la rémunération des architectes dépend de leur statut, qu’ils soient salariés ou qu’ils travaillent en exercice individuel à titre libéral. Pour ces derniers, ils sont rémunérés soit sur un forfait horaire, soit selon un pourcentage du montant global d’un projet, généralement compris entre 8 et 12% du prix de la réalisation. Pour garantir un salaire minimum, des coefficients régionaux sont fixés. En Picardie par exemple, la valeur du point est fixée à 7,35 euros (pour le coefficient le plus faible) tandis qu’elle atteint à Paris 8,11 euros, ce qui correspond à un revenu mensuel minimum de 1600 euros en Picardie, contre 1765 euros à Paris.

Si l’on en croit le site Salairemoyen.com basé sur les déclarations obligatoires aux organismes sociaux, le salaire moyen annuel d’un architecte s’élève à 42 969 euros bruts. Soit un salaire mensuel moyen affiché à 3 023 euros nets pour les hommes, contre 2 494 euros nets pour les femmes. «Le problème, c’est que ces chiffres moyens ne sont absolument pas représentatifs des grandes disparités qui existent entre les architectes», affirme aujourd’hui François Rouanet, Vice Président de l’Ordre national des architectes.

En effet selon une étude Archigraphie publié par cet Ordre, 75% des architectes déclarent gagner moins que ce revenu moyen annoncé. Quand les professionnels du premier quartile perçoivent à peine 500 euros par mois, ceux du quartile le mieux rémunéré peuvent toucher quant à eux près de 8000 euros mensuels. Les revenus très élevés d’une poignée d’architectes tirent cette moyenne vers le haut, tandis qu’un architecte sur quatre se dit à l’inverse, «en grande difficulté économique».

Face à la crise, plus de concurrence et de précarisation

L’idée préconçue selon laquelle les architectes bénéficient d’une rémunération élevée est donc loin de se vérifier systématiquement. Ces dernières années, la crise économique globale a directement impacté le dynamisme de la construction et les architectes ont vu leur nombre de commandes chuté. Le revenu annuel médian est donc passé de 31.576 euros nets en 2007, à 26.620 euros en 2014 (soit à peine plus de 2200 euros par mois).

Face à cette baisse signicative des commandes, les architectes doivent pratiquer des honoraires plus compétitifs et pour beaucoup, ils abaissent le pourcentage touché sur leurs opérations. Après cinq, voire six et sept ans d’études, de nombreux jeunes diplômés sont contraints d’adopter le statut d’autoentrepreneurs avec des honoraires très bas, faute de pouvoir être embauchés en tant que salariés dans les agences. La santé retrouvée du marché immobilier ces derniers mois est, il faut l’espérer, l’occasion d’une bouffée d’air pour la profession.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.