Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Cinq points pour comprendre la polémique autour du projet EuropaCity

Le Figaro30/08/2017 à 06:00

VIDÉO - «Inutile» et «destructeur» pour les uns, «opportunité économique» pour les autres, le débat fait rage autour de l'immense complexe commercial, qui pourrait voir le jour en 2024 sur le Triangle de Gonesse. Le Figaro Immobilier vous présente le débat en cinq faits essentiels.

1. Un projet à 3,1 milliards d'euros

Les chiffres donnent le tournis. Financé par le groupe Auchan et le chinois Wanda, l'immense complexe devrait abriter 230.000 m² de commerces, 20.000 m² d'espaces culturels et 150.000 m² de loisirs. On y trouvera notamment un parc d'attractions, un centre aquatique, et une piste de ski couverte. À terme, le nouveau centre commercial géant pourrait accueillir près de 500 enseignes. Le site comprendrait également un hôtel de 2 700 chambres, et près de 7 hectares dédiés à l'agriculture urbaine.

Grâce à son emplacement aux portes de Paris, entre les aéroports du Bourget et de Roissy, et sa desserte par la future ligne 17 du Grand Paris Express, EuropaCity pourrait devenir la première destination de loisirs en Europe avec 31 millions de visiteurs par an. Une fréquentation près de deux fois supérieure à celle enregistrée par Disneyland Paris, qui avait atteint un pic historique en 2012 avec 16 millions de touristes.

2. Plus de 11.000 emplois créés selon le promoteur

Le projet, présenté par son promoteur Immochan comme un futur pôle économique du Grand Paris, a gagné le soutien de la Région Ile-de-France et de nombreux élus locaux. EuropaCity représente en effet le plus gros investissement privé en France depuis 1992 et l'implantation d'Eurodisney, avec près de 12.000 emplois directs à la clé. Ces postes auraient l'avantage d'être non délocalisables en phase d'exploitation.

Une aubaine pour le département du Val d'Oise, dans lequel EuropaCity sera construit, qui est en proie à de nombreuses difficultés économiques. Dans des villes environnantes comme Garges-lès-Gonesse, Aulnay-sous-Bois ou Sarcelles, le taux de chômage dépassait en effet les 15% en 2016, selon l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Ile-de-France.

3. Des bénéfices contestés

Certains opposants tempèrent les bénéfices économiques liés au projet. Ils pointent notamment du doigt le décalage existant entre les qualifications nécessaires pour ces types d'emplois, et la formation réelle des habitants. Selon Bernard Loup, président de Val-d'Oise environnement et fervent détracteur d'EuropaCity, ces emplois qualifiés reviendraient en priorité aux Parisiens, et ne profiteraient donc pas à la population locale, malgré la promesse d'Auchan de s'associer à la chambre de commerce de la région afin de former les habitants du département à ces nouveaux métiers.

Des reproches partagés par le commissaire-enquêteur en charge de l'enquête publique sur le projet, qui estime dans un rapport qu'en raison d'une concurrence accrue entre les différents centres commerciaux existants dans le département, les créations d'emplois liées à EuropaCity «pourraient se faire au détriment des activités présentes sur les territoires voisins». Ces emplois impliqueraient donc «la destruction d'autres sur les communes alentour», rendant donc le projet incompatible avec «un développement équitable».

4. Un nouveau Notre-Dame des Landes aux portes de Paris?

Le cœur de la polémique concerne néanmoins l'impact d'un tel projet sur l'environnement. Le complexe devrait en effet occuper près de 300 hectares du Triangle de Gonesse, la plus grande zone de terres arables d'Ile-de-France. Des associations écologistes s'insurgent ainsi de l'artificialisation de terres agricoles parmi les plus fertiles de la France, alors même que l'urbanisation avale la surface agricole d'un département tous les 6 ans selon une étude de la Fédération nationale des Safer.

Plusieurs associations, comme le Collectif pour le Triangle de Gonesse, organisent régulièrement des journées de mobilisation afin de sensibiliser le grand public, jusque-là peu aux faits du projet. Les membres de ces collectifs ont été rejoints depuis quelques mois par des résidents des communes voisines, mais aussi par quelques zadistes venus occuper le terrain. Malgré l'aspect «écoresponsable» du projet, qui utilisera des énergies renouvelables comme la géothermie et des panneaux photovoltaïques, et prévoit même une «ferme urbaine» de 7 hectares sur les toits, la grogne ne faiblit pas. Le Triangle de Gonesse, qui n'est actuellement pas une ZAD à l'image de Notre-Dame des Landes, pourrait donc devenir dans les prochains mois une épine dans le pied d'Emmanuel Macron et de son Ministre de l'Écologie Nicolas Hulot qui a pris ses distances avec le projet en juillet dernier.

5. Un promoteur «déterminé» à aller jusqu'au bout

Le mégaprojet immobilier voit donc les problèmes s'accumuler depuis plusieurs mois. Le dernier en date est l'avis défavorable pour l'urbanisation de la zone du Triangle de Gonesse émis par René Hébert, le commissaire-enquêteur en charge de l'enquête publique sur la révision du plan local d'urbanisme (PLU) de Gonesse, qui a rendu ses conclusions publiques la semaine dernière.

En réponse à ce rapport accablant, le promoteur d'Europacity a réaffirmé lundi sa «détermination» à construire son immense complexe de commerce et de loisirs au nord de Paris. Il pourra pour cela compter sur le soutien des élus locaux, en majorité favorables au projet. La municipalité de Gonesse a ainsi affirmé sur son site Internet que «les conclusions du rapport ne sont pas de nature à remettre en cause le principe de l'aménagement du Triangle de Gonesse ni à même d'entacher la détermination de la municipalité à offrir une meilleure qualité de vie aux habitants».

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.