Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ces taxes en folie qui nous ont gâché 2015

Le Figaro28/12/2015 à 18:11

TOP 5 IMMOBILIER - L’année 2015 a été celle de la créativité fiscale et de ses excès. Rappel sur ces nouveaux impôts et ces taxes qui ont eu une fâcheuse tendance à s’envoler.

La créativité est un atout majeur, à condition de ne pas trop la cantonner à la fiscalité. Et dans ce domaine, malheureusement, 2015 aura été un grand cru. Nouveaux modes de calculs, taxation de biens de faible valeur échappant jusque là à l’impôt, hausses vertigineuses dans certains cas… le contribuable a frôlé l’overdose. Pour une fois, plutôt que le meilleur, nous vous avons sélectionné le pire de 2015.

1. Quand la taxe foncière grimpe de 70.600 euros. Symbole des dérives observées en 2015, la taxe foncière a été au cœur de bien des polémiques. Le cas de ce chef d’entreprise de l’Essonne est particulièrement emblématique. Propriétaire d’une parcelle de près de 35.000 m² de terrain depuis 2007, il a vu son imposition foncière passer de 451 euros à 71081 euros! Et pourtant son terrain est en zone industrielle et il ne peut donc y construire de logements. Lire la suite de l’article ici...

2. La taxe foncière s’envole dans les grandes villes. Même si les folles envolées restent des cas isolés, la taxe foncière grimpe bel et bien de façon très nette dans toutes les grandes villes comme le prouve notre infographie. Entre 2009 et 2014, cette taxe a bondi de 16,42% en moyenne et pour la seule année 2014, elle a pris 14,56% à Lille, 9;62% à Strasbourg et 7,76% à Toulouse. Lire la suite de l’article ici...

3. Un ruineux impôt sur les cabanes de jardin. Et comme si la taxe foncière ne suffisait pas, voici «la taxe d’aménagement» peut concerner toute construction/installation d’un abri de plus de 5 m² et d’une hauteur sous plafond supérieure à 1,80 m pour peu que la commune d’installation n’ait pas décidé de l’exemption de cette ponction. Elle n’est à payer qu’une seule fois mais son montant peut être dissuasif pour de simples abris de jardin, d’où son sobriquet. Dans le pire des cas, des contribuables ont vu leur achat taxé à hauteur de 84,4%. Lire la suite de l’article ici...

4. Etes-vous concerné par la taxe sur les logements vacants? Et si vous ne possédez ni terrain non bâti, ni abri de jardin, le fisc pourra toujours vous réclamer la taxe sur les logements vacants si vous disposez d’un bien inoccupé. Une taxe qui s’applique dans les zones tendues mais qui peut également toucher les communes qui veulent mettre en place une taxe d’habitation sur les logements vacants. Lire la suite de l’article ici...

5. Paris veut quintupler la taxe sur les résidences secondaires. Fixée à 20% dans la capitale, cette majoration de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires pourrait être portée à 100% sur proposition du groupe communiste. Concernant 90.000 habitations à Paris, cette taxe pourrait rapporter jusqu’à 70 millions d’euros supplémentaires aux finances communales. Lire la suite de l’article ici...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.