Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ces étrangers qui achètent des résidences à Paris

Le Figaro24/02/2013 à 20:24
Trois ethnologues se sont penchés sur le profil de ces acquéreurs de résidences secondaires. À côté de l'image du propriétaire richissime, cohabite celle de l'amoureux de la capitale.

La résidence secondaire évoque plus volontiers l'image du bord de mer ou d'une calme campagne. Et si elle se trouvait à Paris? C'est à cette quête, relatée dans l'essai Paris résidence secondaire(*), que se sont livrées trois ethnologues intriguées par ces habitants polyglottes d'un nouveau genre qui achètent un appartement dans la capitale comme d'autres dégottent une longère bretonne ou une fermette normande à retaper.

Ici point de gros travaux ni de jardin à entretenir mais une vue sur la tour Eiffel et un arrêt de métro tout proche. À chacun ses fantasmes. Et en la matière, Paris n'a jamais cessé de faire rêver. D'où l'intérêt pour les ethnologues d'étudier cette figure de l'entre-deux qui n'est ni habitant permanent, ni touriste mais le «résident secondaire urbain». Une manière également de casser certaines images. Car les «vrais» Parisiens, eux, ont tous en tête ces riches étrangers qui achètent à prix d'or un pied-à-terre dans un quartier cossu de la ville et sont plutôt accusés de faire monter les prix pour ne passer au final que quelques jours dans leur appartement.

«Bien sûr, ces gens-là existent mais ce ne sont pas vraiment ceux que nous avons rencontrés, explique Emmanuelle Lallement, l'un des auteurs du livre. Nous sommes parties d'une image stéréotypée de l'étranger de Paris pour finalement la déconstruire. Certes, les personnes que l'on a rencontrées sont issues d'une élite mondialisée, avec une bonne connaissance des capitales, mais Paris les attire plus que d'autres villes. Ils acceptent aussi de vivre dans un deux-pièces avec un canapé-lit pour profiter de ses attraits, uniques à leurs yeux. Ils ont à cet égard une très bonne connaissance du cœur historique de Paris. Ils en cultivent une image mythique.» Loin de l'idée du riche étranger qui ne consommerait que du luxe dans les boutiques de l'avenue Montaigne, ce résident goûte avant tout au «Paris village». Il adore acheter le pain chez le boulanger, achète le journal qu'il lit au café, fréquente les expositions. Bref, il «joue au Parisien» et voit son quartier comme un village.

«Accusés de faire monter les prix »

«À cet égard, ils ne sont pas loin de l'image que veut promouvoir la ville auprès de ses habitants. Il n'y a pas le ­Paris des étrangers et celui des Parisiens ; ce même amour partagé est peut-être ce qui crée des tensions. Les résidents étrangers sont d'autant plus critiqués qu'il y a une grande tension sur les marchés. Ils sont accusés de faire monter les prix de l'immobilier. Or cela reste marginal du point de vue quanti­tatif.» Car constatent aussi les ethnologues, s'il y a bien une forme de ruée des étrangers sur Paris, elle concerne surtout certains arrondissements du centre comme l'île Saint-Louis et les beaux quartiers comme les Champs-Élysées, sur les biens de très haut standing, inaccessibles au ­Parisien moyen. Là en effet, les étrangers raflent la mise.

(*) Paris résidence secondaire, de ­Sophie Chevalier, Emmanuelle Lallement et ­Sophie Corbille. Belin, 160 p., 19,50 €.

L'île Saint-Louis très prisée

L'île Saint-Louis a toujours attiré les «étrangers». Historiquement, beaucoup de ses résidents n'occupaient les appartements de prestige sur les quais que de manière épisodique tandis que le centre était habité à l'année par une population plus modeste de Parisiens. Au fil des années, l'île a perdu cette population, remplacée par des étrangers, friands de son charme insulaire, qui ne sont là que quelques semaines par an, d'où la fermeture de nombreux commerces de proximité et l'hémorragie dans les écoles. Selon les auteurs du livre, l'île est le seul quartier parisien qui perd continuellement des habitants. Il est également emblématique de cette tension née de la cohabitation entre deux mondes car il abrite l'hôtel Lambert, monument historique, dont le rachat par un prince du Qatar n'a cessé de faire des vagues.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.