Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Certains des 3 millions de mal-logés en France sont des cadres

Le Figaro06/01/2011 à 18:54
Selon une étude Insee, 43% des personnes mal-logées ont un emploi, et occupent parfois même un poste de cadre.

Il y a quelques semaines, une étude Ifop/SeLoger.com révèlait que près d'un quart des Français craignaient d'être un jour concernés par la précarité du logement. Les derniers chiffres publiés par l'INSEE - l'institut français des statistiques - affirment que cette situation était déjà une réalité pour près de trois millions de personnes à la fin des années 2000.Selon l'enquête, la France comptait 250.000 personnes sans domicile ou en hébergement précaire, et 2,9 millions vivant dans des logements sans confort. Ces statistiques mettent également en lumière l'impact de la crise du logement dans le pays, et viennent à l'appui de ceux publiés par les associations, au premier rang desquelles la Fondation Abbé Pierre qui dénoncent régulièrement cette situation.Cette dernière recensait début 2010, 3,5 millions de «mal-logés», en se fondant sur des critères différents de ceux retenus par l'Insee. Elle doit publier début février son seizième rapport sur le mal logement.

Population masculine d'Ile-de-France

L'Institut évalue à 33.000 le nombre de personnes sans abri ou hébergées en centres d'urgence en France métropolitaine. Cette population, fortement masculine, est pour près de la moitié localisée en Ile-de-France, précise-t-il. S'y ajoutent 66.000 personnes (dont 30% de mineurs et 40% de femmes) hébergées pour des durées plus longues par des établissements sociaux, comme les centres de réinsertion sociale ou les établissements d'accueil mère-enfant, et 34.000 vivant dans des logements relevant de l'aide au logement temporaire (ALT). À côté de ces 133.000 personnes sans domicile, l'Insee en dénombre 38.000 autres vivant à l'hôtel à leurs frais et 79.000 hébergées par un parent ou un ami faute de moyens financiers suffisants pour disposer d'un logement indépendant. L'étude précise que ces situations «touchent plus particulièrement des hommes, des Franciliens et des jeunes» et qu'elles concernent à 43% des personnes qui ont un travail, le plus souvent des ouvriers et employés.

A ce «noyau dur», l'Insee ajoute 282.000 jeunes adultes (chiffre 2002) contraints d'habiter chez leurs parents ou grands-parents. «Pour ces personnes, plus encore que pour les hébergés du 'noyau dur', être hébergées et occuper un emploi, y compris de niveau cadre, peuvent aller de pair», note l'étude.

800.000 personnes dans des logemenst surpeuplés

Deuxième grande catégorie identifiée par l'Insee: les victimes de mauvaises conditions de logements, qu'elles habitent dans des logements insalubres, peu ou mal chauffés, privés de sanitaires ou surpeuplés. Leur nombre est estimé à 2,9 millions (1,1 million de ménages). Cette population regroupe les personnes vivant dans des habitations «de fortune» (constructions provisoires ou caravanes pour l'essentiel), estimées à 85.000 en 2006, celles occupant des logements considérés comme «privés de confort» au regard des critères de la loi de 2007 sur le droit au logement opposable (Dalo), qui seraient 2,1 millions, et les occupants de logements surpeuplés, estimés à 800.000 personnes.

L'étude de l'Insee, qui se fonde sur des données recueillies pour la plupart entre 2002 et 2008 précise qu'un million de ménages à faibles ressources déclarait en 2006 avoir des difficultés à payer leurs dépenses de logement ou être en situation d'impayés.

(Avec Reuters)

LIRE AUSSI :

» Read this story in English

» L'étude de l'INSEE

l» Un quart des Français ont peur d'être mal-logés

» Des mal logés évacués à Paris

» Manifestation de mal logés à Paris

» Un délégué interministériel pour les SDF

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.