Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Cémoi, premier chocolatier français, cherche à monter en gamme

RelaxNews28/10/2016 à 18:36

La nouvelle gamme de Cémoi vise à lui permettre de rehausser son image auprès du grand public. (ISSOUF SANOGO / AFP)

(AFP) - Le premier chocolatier français, Cémoi, a annoncé vendredi la sortie, à l'occasion du salon du chocolat, de nouvelles tablettes "grands crus de cacao", en cherchant à monter en gamme et à valoriser son savoir-faire "de la fève au consommateur".

La société familiale basée à Perpignan est née à Grenoble en 1919, et a longtemps véhiculé l'image d'un chocolat industriel bas de gamme vendu uniquement en grande surface au moment des fêtes. "C'est cette image que nous voulons changer", a dit la directrice de la communication, Maud Clarissou, à l'AFP.

Sa nouvelle gamme va lui permettre de rehausser son image auprès du grand public: des truffes ainsi que quatre tablettes "grands crus" bio de cacao vendues sous sa propre marque, à base d'assemblages de fèves de République dominicaine et d'Equateur, parfumées à l'huile essentielle d'orange douce, ou agrémentées de quinoa, ou encore venant de Sao Tomé pour les desserts.

"Très peu d'entreprises en France maîtrisent le processus long du chocolat sur toute la filière de production, de la plantation à la tablette", a souligné le PDG de Cémoi, Patrick Poirrier, lors d'une rencontre avec la presse vendredi à Paris, jour de l'ouverture du Salon du Chocolat.

"Et très peu de chocolatiers sont capables de suivre la traçabilité de leur chocolat, la provenance exacte des fèves. Nous, nous le pouvons", a-t-il ajouté.

"Nous n'utilisons que du beurre de cacao et jamais d'huile de palme, malgré les 5% permis de façon dérogatoire par l'Union européenne", a rappelé Tristan Borne, directeur général du groupe Cémoi.

L'huile de palme est néanmoins utilisée pour les fourrages de certaines confiseries ainsi que dans les truffes, mais uniquement au standard RSPO qui garantit des plantations durables", a-t-il dit.

En Equateur, où la biodiversité des cacaoyers est menacée par le développement généralisé de la variété hybride CCM51, Cémoi affirme ne travailler qu'avec du bio.

Avec un chiffre d'affaires de 820 millions d'euros, dont 54% réalisés en France, 37% dans le reste de l'Europe et 9% hors Europe, Cémoi cherche désormais à surfer sur la vague du "chocolat à la française", synonyme de qualité, très recherché notamment dans les pays anglo-saxons et en Chine, selon M. Poirrier.

Le groupe emploie 3.400 salariés dans le monde, dont 2.350 sur les sites logistiques et les 10 usines en France, et produit au total quelque 260.000 tonnes de "produits" chocolatés chaque année. Le groupe a également des usines en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Pologne et en Côte d'Ivoire.

"Nous sommes le premier chocolatier français" en volume, "et appartenons aux dix premiers chocolatiers mondiaux", a ajouté M. Poirrier.

Cémoi est un généraliste du chocolat, la société réalise 70% des chocolats vendus sous marques de distributeurs en France et vend 50% de sa production sur le marché professionnel aux biscuitiers, glaciers et chocolatiers. 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.