Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ce que vous économiserez si vous changez d'opérateur mobile

Le Figaro22/12/2011 à 18:07
Les nouveaux opérateurs «low cost», comme Free Mobile, proposent des forfaits généreux à prix réduits. De quoi faire des économies, même si vous êtes encore engagé pour plusieurs mois chez votre opérateur. Démonstration

Combien pouvez-vous économiser si vous résiliez dès aujourd'hui votre forfait mobile pour souscrire à un nouvel abonnement «low cost» chez B&You, Sosh, La Poste mobile et Free Mobile? Cette information, ni votre opérateur actuel, ni même votre futur opérateur, n'ont pour habitude de vous la donner.

Pour savoir si la manœuvre est rentable, Le Figaro a mis au point un simulateur. En entrant le tarif de votre forfait actuel et votre date de fin d'engagement, cette calculette estime vos frais de résiliation et ce que vous pouvez économiser - sur la même période - si vous souscrivez à l'une de ces nouvelles offres «low cost», sans changer de mobile.

Ce simulateur s'adresse à tous les clients de forfaits encore engagés chez leur opérateur (c'est-à-dire plus de 80% des abonnés), satisfaits de leur téléphone portable et qui ne veulent pas attendre la fin de leur engagement pour souscrire à un forfait «low cost».

 

 

 

 

Ces calculs permettent de tirer quatre grands enseignements.

• Le changement d'opérateur est rarement rentable avant un an. Que l'on soit engagé pour un ou deux ans, les douze premiers mois doivent être payés intégralement à son ancien opérateur, selon la loi Chatel. Les frais de résiliation restent donc élevés si l'on se situe au tout début de sa période d'engagement. Pour que l'opération soit rentable, il faut que l'écart de prix entre l'ancien et le nouveau forfait soit très important.

• Après un an d'engagement, il est vite intéressant de changer. Dans ce scénario, l'abonné n'a plus qu'à payer le quart des mensualités restantes. Si l'on a souscrit un forfait smartphone à 50 euros pour deux ans en juillet 2010, les frais de résiliation avoisinent les 85 euros. En choisissant par exemple un nouveau forfait à 29,90 euros chez Virgin Mobile avec de l'Internet illimité et cinq heures d'appels, les vingt euros économisés par mois compensent les frais de résiliation en seulement trois mois. Free dispose là d'une marge de manœuvre importante.

• Il vaut mieux conserver son mobile. Le changement d'opérateur et l'abonnement à un forfait «low cost» s'adressent davantage aux clients qui acceptent de conserver leur mobile actuel, déjà subventionné au début de leur engagement. Les abonnements «low cost» sont en effet rarement accompagnés de réductions sur l'achat d'un nouveau téléphone. Ou alors, les forfaits sont vendus à un prix légèrement plus cher (trois euros par mois de plus chez La Poste mobile, par exemple) et se retrouvent assortis d'une période d'engagement.

• Calculez, puis négociez. Les opérateurs sont prêts à consentir à d'importantes ristournes pour retenir leurs abonnés. Ils peuvent baisser la facture en échange d'un réengagement sur 12 ou 24 mois (dix euros par défaut avec les nouvelles offres Carré de SFR). D'autres prennent en charge les frais de résiliation (jusqu'à 100 euros chez Orange). Une chose est sûre: les abonnés sont bien plus libres de leurs mouvements que le laisse penser la date de fin d'engagement affichée sur leurs factures.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.