Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ce que vous devez savoir sur la taxe foncière

Le Figaro14/10/2016 à 17:57

Les Français qui ont privilégié le paiement en chèques, par virement ou par chèque, ont jusqu’à ce lundi pour payer leur taxe foncière. Qui la paie ? Peut-on en être exonéré ? Ou la contester ? Explications.

À vous tous qui avez opté pour le chèque, le virement ou les espèces, vous avez jusqu’à lundi soir pour payer votre taxe foncière. Sans quoi vous serez passible d’une pénalité de 10% du montant dû. Ceux qui ont privilégié le paiement en ligne aura droit à une petite rallonge de cinq jours et régler la somme avant le• octobre. sur le site Internet des impôts ou par smartphone. L’occasion pour Le Figaro de faire le point sur cette taxe qui a grimpé de près de 15% entre 2010 et 2015.

• Qui paie la taxe foncière?

Seuls les propriétaires, usufruitiers (par donation ou succession) ou fiduciaires (propriété détenue par une banque ou une compagnie d’assurance) d’un bien immobilier s’acquittent de la taxe foncière tous les ans. C’est un impôt direct, égal à 50% de la valeur locative d’un logement. Cette dernière est calculée à partir du tarif communal faisant référence aux loyers. Une valeur réactualisée tous les ans dans le cadre de la loi de finances votée au Parlement. Le paiement de la taxe foncière permet de financer des crèches, écoles, des voieries ou des transports collectifs.

• Peut-on être exonéré de taxe foncière?

La réponse est oui. Mais pour ce faire, il faut répondre à l’un des critères suivants: être âgé de plus de 75 ans, posséder un logement vide ou inoccupé depuis le 1er janvier 2014 indépendamment de sa propre volonté, être titulaire de l’allocation solidarité aux personnes âgée, de l’allocation supplémentaire d’invalidité et de l’allocation aux personnes handicapées.

• Comment est calculé la taxe foncière?

La taxe foncière est calculé à partir d’un revenu fictif de vos biens: la valeur locative cadastrale. Sur ce montant, le fisc applique un abattement de 50% qui détermine la valeur locative nette. Puis chaque commune, intercommunalité et département appliquent librement chaque année un taux pour obtenir le montant brut de la taxe foncière. Sur ce montant, l’État applique un taux de 3% au titre des frais de collecte de l’impôt. Un chiffre qui grimpe jusqu’à 8% pour la taxe d’enlèvement des ordures ménagères qui peut figurer sur les avis d’imposition.

• Peut-on contester sa taxe foncière?

La réponse est oui. Si la valeur cadastrale de votre bien vous paraît excessive, vous pouvez la contester en envoyant, votre réclamation par courrier auprès du service des impôts qui a édité votre avis d’imposition ou remplir un formulaire de réclamation en ligne sur impots.gouv.fr. Vous avez, pour cela, jusqu’au 31 décembre de l’année qui suit le paiement de la taxe. Néanmoins, cela ne vous exonère pas de payer l’impôt du mais vous pouvez demander à bénéficier d’un sursis de paiement. Il vous sera accordé d’office si les sommes en jeu sont inférieures à 4500 euros.

Pour savoir quels sont les départements et les communes qui ont augmenté le plus la taxe foncière cette année, vous pouvez lire cet article: Trente-cinq départements ont augmenté la taxe foncière en 2016

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.