Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ce que coûtent les plus belles adresses en Italie

Le Figaro21/09/2016 à 18:07

Combien faut-il débourser pour la Dolce Vita de luxe ? Une étude publiée par Engel & Völkers dévoile les adresses les plus chères dans cinq villes italiennes: Rome, Venise, Milan, Vérone et Florence.

La Dolce Vita, une cuisine haute en couleurs mais aussi... de superbes demeures de charme. L’Italie séduit également par ses bâtisses de luxe aux allures colorées et chaleureuses. Certes, les cités italiennes ne figurent pas parmi les villes les plus chères du monde telles que New-York, Londres ou encore Hong-Kong, et pourtant. Son immobilier de luxe a fière allure et les propriétés haut de gamme séduisent de nombreux acheteurs aussi bien italiens que venus de l’étranger. En effet, une récente étude publiée par le réseau immobilier Engel&Völkers révèle les adresses les plus prisées parmi les métropoles italiennes les plus chères.

À Rome, les résidences de luxe peuvent se vendre jusqu’à 20.000 euros le mètre carré

20.000 euros, c’est à ce prix que peut se négocier le mètre carré au cœur de la capitale. Sans surprise, Rome tient la première place dans le classement des adresses résidentielles les plus chères du pays. Dans les quartiers les plus prisés comme la Piazza di Spagna, la Via Condotti ou encore la Via del Babuino, les bâtiments historiques font le bonheur des acquéreurs, toujours à 90% italiens durant le premier semestre 2016. Les vieilles pierres ne sont d’ailleurs pas le seul atout séduction de l’immobilier romain haut de gamme, la présence d’équipements modernes, d’une place de stationnement réservée ou encore mieux, d’une superbe vue sur les toits sont des critères très appréciés.

Les appartements vénitiens prisés des acheteurs étrangers

Imaginez-vous accoudé au balcon d’un superbe appartement vénitien, perché à quelques mètres au-dessus du Grand Canal, avec vue sur les gondoles. L’attractivité immobilière de la belle Venise n’est pas non plus en reste. Sur ces bords de rive, les acquéreurs fortunés peuvent devenir propriétaires de beaux appartements en copropriété pour des prix atteignant les 15.000 euros/m². Forcément avec de tels paysages, les balconnets romantiques et toit-terrasse sont particulièrement appréciés, de même que les belles hauteurs sous plafond. Ici, Mauro Lozza, Directeur de Engel & Völkers à Venise note que «dans la Cité des Ponts, le marché immobilier est marqué par une forte demande internationale et des prix élevés pour les résidences secondaires».

Entre 8.500 et 13.000 euros/m² à Milan, Vérone et Florence

Ces trois villes figurent également dans le top 5 des adresses résidentielles les plus chères d’Italie. À Milan par exemple, la capitale de la mode et de la finance compte des quartiers très prestigieux comme celui de l’Opéra, «la Scala» ou encore le Quadrilatero della Moda. Ici, les appartements de haut standing aux influences à la fois historiques et contemporaines y sont vendus à plus de 13.000 euros/m², à côté de spacieux penthouses dans les rares gratte-ciel de la ville. Même tendance dans la ville de Roméo et Juliette près de Piazza delle Erbe - la vaste place la plus ancienne de Vérone. C’est seulement une fois dans la jolie Florence que le prix des adresses résidentielles de luxe s’abaisse un peu pour avoisiner les 8.200 euros/m².

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.