Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ce qu'il faut savoir avant de mettre ses objets en vente dans un vide-grenier

Le Figaro13/06/2015 à 08:00

Payer son emplacement, vendre des objets personnels qui ne soient ni nourriture ni alcool, mais aussi ne pas monter un stand plus de deux fois par an... les vide-greniers ont du succès, mais il ne faut pas oublier leurs règles.

Des badauds déambulent devant les étals de vêtements pour enfants et les babioles en tout genre. Il fait beau et dans l'air se répand une odeur de grillades. Voilà la saison des vide-greniers qui bat son plein. Mais sous ses airs de ginguette, la foire à tout a ses règles, et il y a quelques pièges à éviter pour ne pas être hors la loi.

• Le stand a un coût

On ne peut pas arriver avec sa table et s'installer n'importe où. Pour participer à un vide-grenier il faut au préalable s'acquitter du prix du stand, généralement établi au mètre linéaire. «À Paris, c'est dix fois plus cher qu'ailleurs, environ 8 euros le mètre linéaire. Il faut compter environ 4 à 5 mètres pour avoir un emplacement. En Alsace, le mètre vaut plutôt 5 euros», détaille Olivier Nass, responsable du site vide-greniers.org. Depuis dix ans, le succès des marchés aux puces ne retombe pas, il ne faut donc pas hésiter à réserver un emplacement à l'avance.

• Les objets doivent être personnels

La loi est claire: «Les particuliers non inscrits au registre du commerce et des sociétés sont autorisés à participer aux ventes au déballage en vue de vendre exclusivement des objets personnels». Autrement dit, seuls les objets d'occasion, anciens ou réparés, peuvent être exposés sur un stand. Ce qui n'empêche pas la présence de vendeurs professionnels au milieu des vide-greniers, mais ils paient leurs stands plus chers et sont contraints par d'autres dispositions législatives.

• Pas plus de 2 expositions par an

En principe, un exposant ne doit pas vendre ses objets plus de deux fois dans l'année. La raison est simple: un particulier qui vend ses biens d'occasion ou ses objets de collection n'est pas imposable, contrairement au brocanteur professionnel. Aussi, son activité ne doit pas devenir économique. «Les organisateurs de vide-greniers doivent faire signer une déclaration sur l'honneur au particulier, qui certifie ne pas avoir fait plus de deux ventes de ce type», explique Olivier Nass. Attention, le particulier qui ne respecte pas la loi se rend coupable de «faux et usage de faux» et risque six mois de prison et 45.000 euros d'amende.

• Ni aliments, ni alcool, ni armes à feu

Le particulier ne peut exposer ni nourriture, ni alcool, quand bien même il possèderait une bouteille de collection. Les règles sanitaires n'autorisent aucune dérogation. Il n'est cependant pas rare de voir des particuliers exposer des pots de confitures ou des spécificités culinaires locales. Est également interdite la vente d'armes à feu. Une exception est cependant possible lorsque les armes sont totalement neutralisées.

Les vide-greniers ont beaucoup de succès, dans le contexte de crise économique. Il se justifie aussi par un besoin pour les Français de retrouver du lien social ou leur engagement éco-responsable en faveur du recyclage des objets. On dénombrerait plus de 50.000 expositions du type vide-greniers par an en France, selon vide-greniers.org. Il est donc important de se rappeler que le vendeur qui cherche à se constituer une petite manne peut aussi risquer gros.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.